Twitter impose de nouvelles restrictions pour lutter contre la désinformation pendant l’élection américaine

Twitter est un parfait terrain pour les militants. Certains politiques sont devenus très populaires grâce au réseau social, qui privilégie les échanges courts et rapides, souvent de façon anonyme. L’actuel dirigeant des États-Unis, Donald Trump, est connu pour être friand de Twitter, larguant par moment des publications très polémiques. Et si le président est très actif sur le réseau social, son état de santé inquiète les médecins, alors que ce dernier a contracté le COVID-19. Une contamination en pleine élection américaine, tandis que Trump brigue un second mandat contre Joe Biden, candidat démocrate.

Une élection majeure et importante que Twitter a décidé de modérer.

Crédits Pixabay

Twitter appose désormais de nouvelles restrictions.

Twitter s’engage contre la désinformation

C’est une fonction qui sera mise en place le 20 octobre prochain, alors que les élections américaines se tiendront le 3 novembre. Lorsqu’un utilisateur voudra partager une publication trompeuse, un message d’alerte va alors s’afficher. Une source fiable lui sera alors présentée, pour éviter de propager de fausses informations.

Sans oublier que Joe Biden et Donald Trump sont concernés et ne pourront pas tweeter à propos d’une victoire sans qu’elle ne soit officielle. Pour rappel, l’actuel dirigeant des USA a régulièrement fait savoir qu’il s’opposerait à une victoire de son concurrent si ce dernier gagnait grâce au vote par correspondance.

Twitter compte également prévenir l’utilisateur avec un sceau apposé sur les tweets mensongers, lorsqu’ils proviendront d’une personnalité politique importante – plus de 100 000 abonnés. Dans ce cas précis, il ne sera possible que de citer le tweet, mais pas y répondre directement.

Ultime décision pour Twitter : celle de ne pas afficher un tweet liké par un abonnement dans la timeline de l’utilisateur lorsqu’il s’agit d’une personnalité politique.

Cette mise en place de restrictions par Twitter étonne peu. Régulièrement, les réseaux sociaux sont accusés d’ingérences politiques et d’inaction face à la diffusion de messages faux et/ou haineux. Des messages parfois relayés des milliers de fois avant d’être contredit par une source fiable. Source fiable qui atteint rarement les internautes désinformés.

Twitter prend donc les devants pour que la prochaine élection américaine, émaillée de tension, se déroule pour le mieux chez lui.

Mots-clés Fake Newstwitter