Twitter : la France revoit à la baisse sa demande d’informations

Lors du rapport de transparence émis par Twitter pour les six premiers mois de l’année 2017, il a été remarqué que les autorités françaises demandaient de moins en moins d’informations à ce réseau social. En principe, la France envoie des requêtes à l’entreprise pour se renseigner sur les comptes et les contenus supprimés.

D’après la firme américaine, les requêtes des autorités françaises étaient de 474 entre le mois de janvier et de juin 2017. Par rapport à l’année dernière, durant laquelle les demandes s’élevaient à 572 comptes, l’entreprise enregistre une baisse de requêtes de six pour cent.

Twitter USA

En 2016,  les autorités françaises ont demandé des informations sur 597 comptes, et cette année de 572 comptes.

Une baisse de six pour cent de requêtes par rapport à l’année 2016

Au vu de ce constat, il apparaîtrait donc que la France a de moins en moins besoin de Twitter pour avoir des informations relatives à certains comptes ou pour supprimer des données néfastes au sein de ce réseau social. C’est la conclusion qu’en tire Twitter dans son dernier rapport de transparence.

Cependant, cette diminution peut aussi n’avoir aucune signification particulière puisque l’Europe figure toujours parmi les pays envoyant le plus de requêtes à Twitter avec les États-Unis et le Japon.

Toutefois, si cette baisse de requête, qui a déjà été relevée depuis quelques années, continue, l’Hexagone ne fera plus partie de cette liste.

Plusieurs comptes supprimés à la demande de certains pays

Concernant les demandes de suppression de données, la France, la Turquie et la Russie sont les trois pays sollicitant le plus le réseau social. Toutefois, le nombre de requêtes reçu par Twitter après l’attentat du 13 novembre 2015 a chuté 23% durant les six premiers mois de cette année 2017.

Des demandes de retrait ont également été envoyées à Twitter en raison du respect du droit d’auteur et de marques. Néanmoins, les informations données par cette entreprise dans son rapport de transparence sont globales et ne reflètent pas le nombre de requêtes effectué par pays.

Toutefois, l’entreprise américaine déclare que 9000 comptes ont déjà été suspendus en l’espace de deux ans pour cause d’incitation au terrorisme. Certains comptes ont même été supprimés avant de poster un seul tweet.

Mots-clés twitterweb