Twitter, pas assez évolutif ? La place de PDG de Jack Dorsey remise en question

Jeudi 5 mars 2020, TechCrunch nous rapporte que l’investisseur activiste Elliott Management, qui a déjà fait provoquer plus d’un changement de PDG chez de grandes entreprises comme eBay et AT&T, a cette fois-ci jeté son dévolu sur Jack Dorsey. À noter qu’Elliott détient une participation de 4% à 5% dans Twitter.

Elliott fait ainsi actuellement pression sur le réseau social sur de multiples points et notamment, sur la nécessité de désigner un nouveau PDG en raison de la faible performance de Twitter sur le marché. En effet, selon TechCrunch, la performance du réseau social à l’oiseau bleu a chuté de 6,2% en février depuis juillet 2015 ; alors que depuis lors, Facebook a connu une évolution de 121%.

En plus de vouloir ôter Jack Dorsey de sa place de PDG, Elliott s’opposerait également au projet de Dorsey de diriger le géant des technologies financières Square et de passer six mois par an en Afrique.

Jack Dorsey se défend via un subtweet

Jack Dorsey a répondu aux attaques d’Elliott via Twitter mais sans le mentionner explicitement. Ce type de réponse est surnommé subtweet. Il a ainsi partagé via le compte des relations avec les investisseurs de Twitter, sa défense concernant son leardership et les progrès effectués par l’entreprise au fil des années.

Dans un premier temps, le PDG reconnaît qu’ « il y a cinq ans, nous avons dû  effectuer une réinitialisation vraiment difficile et cela prend du temps… nous avons été une entreprise qui essayait de faire trop de choses ». Et ajoute, dans un autre tweet que « se concentrer sur un seul emploi et accroître la responsabilité a fait une énorme différence pour nous. L’un de nos principaux métiers est de tenir les gens informés. Nous voulons être un service vers lequel les gens se tournent… pour voir ce qui se passe, être une source crédible dont les gens apprennent. »

Les changements les plus importants se produisent sous la surface, assure le PDG de Twitter

Parlant de la stagnation du réseau social, Jack Dorsey rétorque que « certaines personnes parlent de la lenteur du développement sur Twitter. L’attente est de voir des changements au niveau de la surface, mais les changements les plus importants se produisent sous la surface » et fait valoir que « nous n’appliquions pas l’apprentissage automatique dans le produit principal il y a 5 ans (…). Une pertinence accrue dans le calendrier a eu un impact significatif ».

En ce qui concerne les notifications, le PDG assure que « les notifications sont un autre domaine qui a bénéficié d’une pertinence accrue. Ils sont beaucoup plus informatifs et utiles maintenant. Le doublement du nombre de caractères est un autre exemple de changement qui a permis des conversations plus nuancées … ces choses qui paraissent petites peuvent s’avérer importantes avec le temps et avoir un impact ».

L’Afrique, une mine d’opportunités, selon Jack Dorsey

Concernant son projet en Afrique, Jack Dorsey a mis de l’eau dans son vin et a déclaré qu’il a fait une erreur et aurait dû fournir plus de contexte sur la raison de ce voyage. Il affirme que « l’Afrique sera l’un des continents les plus peuplés au cours des 20 à 30 prochaines années, l’innovation technologique est incroyable avec une grande partie de la population qui arrive progressivement sur Internet. Une grande opportunité, en particulier pour les jeunes, de rejoindre Twitter et pour que nous apprenions à mieux les servir ». Toutefois, il concède qu’ « à la lumière de COVID-19 et de tout le reste, je dois réévaluer. Dans tous les cas, nous continuerons de rechercher des opportunités en Afrique ».

D’un point de vue général, Jack Dorsey semble ainsi satisfait du travail accompli sur Twitter jusqu’à maintenant et semble sous-entendre que le meilleur est à venir. Mais les investisseurs se rangeront-ils de son côté ou de celui d’Elliott ?

Mots-clés twitter