Twitter poursuivi par un ado victime de chantage sexuel

Twitter se trouve actuellement au cœur d’un nouveau scandale. En effet, le célèbre réseau social est poursuivi par un adolescent qui a été victime de chantage sexuel. Alors qu’il n’avait que 13 ans, ce dernier a été piégé par des trafiquants qui se sont fait passer pour une jeune fille de 16 ans pour lui soutirer des photos à caractère sexuel sur Snapchat.

Les trafiquants ont ensuite utilisé ces clichés pour le faire chanter. Ils ont alors réussi à obtenir une vidéo pornographique qui montrait l’adolescent avec une autre mineure. Malheureusement, cette vidéo a atterri sur Twitter. Elle a été retweetée des milliers de fois et a obtenu au moins 167 000 vus sur la plateforme.

L'écran d'accueil de Twitter sur smartphone
Crédits Pixabay

Au grand dam de cet adolescent, Twitter n’a rien fait pour empêcher la diffusion de cette vidéo.

Twitter a refusé de retirer la vidéo

Selon la plainte déposée par l’adolescent et sa mère, Twitter aurait refusé de retirer la vidéo malgré son contenu à caractère sexuel.

« Quand Twitter a été alerté pour la première fois de l’existence de cette vidéo et de l’âge du plaignant, il a refusé de la supprimer », lit-on.

La plateforme est aujourd’hui accusée d’exploiter l’abus sexuel qu’a subi le plaignant. Il aura fallu l’intervention des agents fédéraux du Department of Homeland Security pour que Twitter prenne des mesures à l’encontre des comptes qui ont partagé cette vidéo.

A lire aussi : 6 mois de prison pour revenge porn au Canada

Le plaignant exige des dommages et intérêts

Twitter n’a pas directement commenté cette affaire. A la place, un porte-parole de la plateforme a expliqué au micro de Fox News que le réseau social avait « une tolérance zéro envers les contenus qui font la promotion d’exploitation sexuelle sur mineur. » Les déclarations de l’adolescent qui a porté plainte contre la plateforme laissent pourtant penser le contraire.

Sa plainte contient un extrait des discussions qu’il a eu avec les modérateurs de Twitter le 28 janvier 2020. Lorsqu’il a demandé la suppression de la vidéo dans laquelle il apparaissait, le réseau social a répondu qu’il ne « trouvait aucune violation de nos politiques, alors aucune action ne sera prise cette fois-ci. »

A lire aussi : Twitter attaqué pour revenge porn

L’adolescent a alors répondu avec le message suivant :

« Qu’est-ce que vous voulez dire par vous ne voyez aucun problème ? Nous sommes tous les deux mineurs maintenant et nous étions mineurs au moment où cette vidéo a été prise. Nous avions tous les deux 13 ans. »

Aujourd’hui, il exige que Twitter lui verse des dommages et intérêts.

Mots-clés twitter