Twitter suspecté d’avoir des accointances avec des comptes spambots

Malgré de nombreuses pressions concernant les comptes suspectés d’être des spambots en lien avec des cryptomonnaies, Twitter estime faire le nécessaire pour s’en défaire. Le réseau social est même soupçonné de faire du favoritisme sur des comptes suspects vis-à-vis de ses utilisateurs. La plateforme aurait recommandé un compte qui se fait passer pour Elon Musk.

Le faux compte en question porte le nom du milliardaire, ce qui devrait attirer l’attention des modérateurs. Si les accusations fusent à ce sujet depuis quelque temps, ceux qui dénoncent cette situation, comme Troy Mursch, n’apportent jusqu’à présent pas le moindre élément de preuve.

Comme Mursch, de nombreux spécialistes « autoproclamés » de la cryptomonnaie signalent la prolifération de hard forks sur Twitter.

Twitter, le terrain de chasse favori des hard forks ?

On parle de hard fork lorsqu’une cryptomonnaie est scindée en deux ou plusieurs branches afin d’effacer toute traçabilité de la comptabilité entre les différentes branches. Le hard fork permet ainsi de créer plusieurs nouveaux altcoins apparemment autonomes, mais qui en réalité font partie d’un grand ensemble.

Beaucoup soupçonnent Twitter de fermer les yeux sur des comptes suspectés d’utiliser ce genre d’arnaque. Des personnes comme Mursch affirment même que l’algorithme du réseau social semble promouvoir des comptes frauduleux flagrants auprès des utilisateurs.

Des faux comptes qui s’abritent derrière le nom d’entreprises connues

Parmi les comptes que le géant américain recommande, on retrouve des comptes suspectés d’envoyer des liens vers des faux cadeaux Ethereum et Bitcoin parfois déguisés en initiatives « officielles » organisées par des entreprises « blanches comme neige. » Parmi les sociétés qui serviraient malgré elles de couverture à ces faux comptes, il y a Coinbase, TRON, Binance, Tesla et SpaceX.

De nombreux faux comptes ont néanmoins été supprimés depuis que la plateforme a durci ses règles de confidentialité. Les pressions ne sont pas pour autant retombées d’un cran surtout que le rival russe de Google, Yandex, est toujours actif. Cependant personne n’a aucune preuve d’activités malveillantes liées à Yandex.

La russophobie l’emporterait-elle sur l’objectivité des américains ? Faut il y voir un lien avec le refus de Twitter de boycotter certaines personnalités sur sa plateforme alors que les cadors l’ont déjà fait ?