Uber : un laboratoire pour travailler sur l’intelligence artificielle

Uber, l’entreprise de chauffeurs à la demande de San Francisco, vient encore d’investir dans le domaine de l’Intelligence artificielle (IA) en ouvrant un nouveau laboratoire dédié à la chose. Une annonce prévisible, compte tenu des derniers investissements de la marque. En août dernier, elle a en effet investi 680 millions de dollars pour racheter Otto, une entreprise élaborant des kits afin de rendre les camions autonomes. Plus récemment, elle a signé un gros chèque pour mettre la main sur Geometrics Intelligence et tous ses actifs.

Geometrics Intelligence est une start-up assez mystérieuse du fait qu’elle n’a jamais publié d’article scientifique ni même commercialisé aucun produit.

Uber IA

Uber manifeste une fois de plus son intérêt pour l’intelligence artificielle.

En réalité, ce rachat lui a surtout permis de réunir les ressources humaines et techniques suffisantes pour créer son fameux laboratoire, les Uber AI Labs.

Une bonne opération et une belle équipe

Il existe peu d’informations sur ce nouveau laboratoire à l’heure actuelle, ce qui suscite davantage la curiosité du public. Tout ce que l’on sait, c’est qu’il se focalisera sur l’intelligence artificielle en développement des techniques d’apprentissage automatiques.

Pour atteindre ses objectifs, Uber n’a pas lésiné sur les moyens. L’équipe de ce laboratoire est en effet constituée de nombreux ingénieurs, avec quelques têtes connues dans le lot. On trouve par exemple Noah Goodman, un spécialiste en sciences cognitives et en programmation probabiliste de l’Université de Stanford.

Avec lui, il y a Jeff Clune qui dispose d’une grande expertise dans le domaine des réseaux neuronaux artificiels.

L’équipe est menée par Gary Marcus, un expert en psychologie et en sciences neuronales. Son équipe utiliserait des méthodes basées sur les sciences cognitives, ce qui nécessite peu de données par rapport aux technologies habituelles. En d’autres termes, ils projettent de créer une IA ultraperformante avec un moindre coût intermédiaire.

Des objectifs à court terme

Pour le moment, les missions du laboratoire se limiteront particulièrement à deux innovations.

La première consistera en l’amélioration de l’algorithme d’Uber dans le but de fluidifier les rencontres entre chauffeurs et passagers. La seconde sera de concevoir de nouvelles techniques sur la construction d’un véhicule autonome performant.

Il est certain que leurs travaux resteront confidentiels pour un certain temps. Toutefois, ils pourront contribuer énormément à l’avancée de la technologie de l’IA.

Mots-clés uber