Uber condamné à une amende de 1,2 million de dollars pour la fuite de données de 2016

En Europe, Uber va devoir s’acquitter d’une double amende pour un total de presque 1,2 million de dollars suite à l’affaire du piratage massif de données découvert en 2017, alors que la direction de la firme venait d’être confiée à Dara Khosrowshahi. Cette fuite de données avait été dissimulée pendant près d’un an par Travis Kalanick, l’ancien – et controversé – patron d’Uber, qui avait acheté le silence des hackers contre une somme 100.000 dollars. Ce mardi, les régulateurs britanniques et néerlandais ont donc condamné le service de VTC à leur verser respectivement 385.000 livres (soit plus de 490.000 dollars) et 600.000 euros (près de 680.000 dollars).

Il faut dire qu’en 2016, l’affaire avait touché 50 millions de clients à travers le globe et quelque 7 millions de chauffeurs. Au Royaume-Uni, 2,7 millions d’utilisateurs et près de 82.000 chauffeurs avaient été impactés, précise Business Insider, tandis qu’en France, ces chiffres s’élèvent à “seulement” 1,4 million d’utilisateurs de la plateforme. Aujourd’hui, les porte-parole d’Uber se disent heureux de “pouvoir clore ce chapitre“.

Uber vient d’être condamné à verser, en Europe, une amende de presque 1,2 million de dollars pour la fuite de données de 2016. Il y a deux ans, une faille exploitée par des hackers, avait conduit à la perte des données de 2,7 millions d’utilisateurs, rien qu’en Grande-Bretagne.

De son côté, l’Information Commissioner’s Office (régulateur britannique) tape sur les doigts d’un Uber qui a pourtant bien changé depuis le départ de son ancien patron. “Il ne s’agissait pas simplement d’une faille de sécurité de la part d’Uber, mais d’un mépris total pour les clients et les chauffeurs dont les données ont été volées“, note Steve Eckersley, le directeur de l’ICO, dans un communiqué. “A l’époque, aucune mesure n’a été prise pour informer qui que ce soit de la brèche de sécurité (…). Cela a rendu les utilisateurs vulnérables“, poursuit-il.

Uber souhaite payer et tourner la page

Cette décision de justice, Uber la prend avec philosophie. “Nous sommes heureux de pouvoir clore le chapitre du vol des données de 2016. Comme nous l’avons démontré aux autorités européennes durant leur enquête, nous avons procédé à de nombreuses améliorations techniques pour renforcer la sécurité de nos systèmes, dès la découverte de l’incident et au cours de l’année qui a suivi“, ont déclaré les représentants du service.

Nous avons par ailleurs procédé à d’importants changements en termes de leadership pour assurer plus de transparence vis-à-vis des régulateurs et de nos clients. Nous apprenons de nos erreurs et réitérons notre engagement à mériter la confiance de nos utilisateurs au quotidien“, ont-ils ajouté.

Plus tôt dans l’année, Uber avait déjà été condamné pour cette affaire à une amende de 148 millions de dollars aux Etats-Unis.

Mots-clés amendejusticeuber