Uber : le chauffeur accusé de meurtre a été inculpé pour meurtre au premier degré

Le vendredi 1er juin, vers 2h45 du matin, un homme a été tué par balles sur une autoroute de Denver, dans l’Etat du Colorado, aux États-Unis. Hyun Kim, la victime âgée de 45 ans, était d’origine coréenne et père de famille. Il a été abattu par Michael Andre Hancock, un chauffeur d’Uber âgé de 29 ans. Cet incident s’ajoute aux nombreuses affaires qui nuisent à l’image de l’entreprise de covoiturage.

Suite à l’altercation, l’autoroute a été indisponible pendant cinq heures. La police a été alertée par un automobiliste à qui Michael Andre Hancock a raconté avoir tué quelqu’un (son client) pour se défendre. Le corps de Hyun Kim a été retrouvé étendu sur le plancher du siège du passager avant avec « des blessures par balle apparentes ».

Uber Viol

Accusé de meurtre, Michael Andre Hancock a finalement été inculpé de meurtre au premier degré. Pour sa part, Uber s’est montré troublé par l’arrestation de Hancock, qui a travaillé pour le groupe depuis près de trois ans.

Plusieurs blessures par balle

Lorsqu’il a été retrouvé par la police, Hancock était en difficulté respiratoire. Il a été amené à l’hôpital. Dans son casier judiciaire, il n’a accumulé que quelques amendes pour infractions au code de la route.

Les autorités locales ont trouvé un pistolet semi-automatique sur la ceinture de Hancock lors de l’arrestation. Plus tard, elles ont également récupéré dix cartouches de calibre quarante usées sur l’accotement de l’autoroute.

Après avoir examiné le corps, le bureau du Denver Medical Examiner a déclaré que la victime est décédée de plusieurs blessures par balles. Néanmoins, le nombre de balles qui ont été tirées n’a pas été révélé.

Un modèle fortement critiqué

Naturellement, Hancock a été retiré de l’application. « Nous sommes profondément troublés par les événements de Denver. Nos pensées vont aux proches de la victime », a déclaré un porte-parole du groupe dans un communiqué. Uber se dit disposé à coopérer avec la police de Denver.

Il y a lieu de souligner que les chauffeurs d’Uber sont des entrepreneurs indépendants et non des employés. Le groupe a d’ailleurs fait l’objet d’une action en recours collectif pour avoir contrôlé ses chauffeurs contractuels. En novembre dernier, la firme devait payer une amende de 8,9 millions de dollars pour avoir permis à cinquante-sept personnes de conduire en dépit de « condamnations pour crime, infractions majeures … et de nombreux cas de conduite avec permis de conduire suspendus, révoqués ou annulés ».

Mots-clés uber