Uber : les pourboires pour les chauffeurs, c’est pour bientôt!

Uber, la compagnie de VTC, a annoncé récemment que dès le début du mois d’octobre 2017, il sera possible de verser des pourboires aux chauffeurs. La division française d’Uber a déclaré que « Très bientôt, les passagers pourront, s’ils le souhaitent, ajouter un pourboire à la fin de la course directement depuis l’application. »

Le service sera lancé au Royaume-Uni, au Canada et en France. Cette mesure vise à apaiser les tensions qu’il a pu y avoir entre Uber et les chauffeurs français. À l’occasion de cette annonce, Uber a décidé de réunir plusieurs centaines de chauffeurs à Paris.

Uber Viol

Pour prouver sa bonne volonté, la division française d’Uber a souligné que la société ne prendra aucune commission sur le montant du pourboire perçu par le chauffeur.

Des chauffeurs mécontents

Dernièrement, Uber a pris de nombreuses décisions stratégiques pour satisfaire les chauffeurs français après de nombreux mois de désaccords. La société a notamment contracté un partenariat avec AXA dans le but de « renforcer la protection des travailleurs » en cas d’accident. Elle a aussi instauré les prêts à taux zéro et la facilité de crédits. Cette fois-ci, elle poursuit ses efforts en lançant les pourboires via l’application.

Cela ne suffit pas à calmer les membres du Syndicat des chauffeurs privés-VTC. Selon Sayah Baaroun, secrétaire général dudit syndicat, « Ces quelques dispositions sont bien trop maigres pour mettre fin au conflit entre chauffeurs et plateformes. »

Les chauffeurs ont indiqué qu’Uber ne couvrait pas leurs frais à charges, à savoir la voiture, l’entretien des véhicules, et l’essence.

Le Syndicat campe sur ses positions

D’après Sayah Baaroun, « Ce conflit restera entier tant que les prix seront décidés de façon unilatérale par ces intermédiaires qui tentent de s’enrichir sans scrupule sur le dos de nos pauvres chauffeurs. »

Dans son discours, le secrétaire général du Syndicat des chauffeurs privés-VTC fait référence aux tarifs des courses imposées par Uber. Steve Salom, directeur général d’Uber en France, estime quant à lui que la société « vit un moment important, le commencement d’un nouveau chapitre ».

Malgré les gestes de part et d’autre, la relation qu’entretiennent Uber et ses chauffeurs n’est pas encore prête de s’apaiser.

Mots-clés uber