Uber : un chauffeur est accusé d’avoir violé une adolescente de 17 ans

Uber se retrouve encore dans une situation délicate aux États-Unis. Un chauffeur est effectivement accusé d’avoir violé une adolescente de 17 ans pendant une course.

L’agression s’est déroulée samedi dernier à Laguna Beach, en Californie. En sortant d’une soirée entre amies, une adolescente de 17 ans vivant dans la ville a téléphoné à ses parents afin qu’ils lui envoient un Uber pour qu’elle puisse rentrer chez elle.

Viol Uber

Un chauffeur travaillant pour Uber est accusé de viol sur une mineure de 17 ans.

Samer Alaaeldin Mahran, un chauffeur travaillant pour la firme, a reçu l’alerte sur son téléphone et il s’est alors rendu à l’adresse indiquée afin de chercher l’adolescente.

L’agression s’est déroulée samedi dernier

Ne voyant pas leur fille revenir, ses parents ont très vite commencé à s’inquiéter et ils ont alors utilisé la fonction de suivi intégrée à l’application pour vérifier la localisation de la voiture. Ils ont alors réalisé que le véhicule était stationné à proximité de leur domicile.

Surpris, ils ont attrapé leur manteau et ils se sont rendus sur place. Ils ont rapidement retrouvé le véhicule et ils se sont approchés des fenêtres. Le chauffeur était sur la banquette arrière, avec leur fille. Cette dernière était totalement inconsciente.

Samer Alaaeldin Mahran les a aperçus et il a immédiatement escaladé son siège pour se mettre au volant du véhicule. Il a pris la fuite pendant que les parents de la jeune fille la sortaient de la voiture. Ces derniers ont immédiatement appelé le 911. Après avoir pris leur déposition, les forces de l’ordre ont mené une enquête et elles ont rapidement retrouvé la trace du chauffeur en s’appuyant sur sa description, mais également sur la plaque de son véhicule.

Après l’avoir identifié, les autorités ont envoyé plusieurs agents le cueillir à son domicile, à Hutington Beach.

Le chauffer risque une peine maximale de 28 ans de prison

Samer Alaaeldin Mahram fait face à plusieurs chefs d’accusation. Il est notamment accusé d’avoir imposé à l’adolescente un rapport oral et de l’avoir forcée à avoir un rapport sexuel alors qu’elle était inconsciente. La plainte se trouve à cette adresse et elle donne tous les détails de cette sordide affaire.

L’homme a été relâché dans l’attente de son procès. L’affaire sera jugée le 2 décembre prochain et Samer Alaaeldin Mahram risque une peine maximale de 28 ans de prison.

Contacté par Cnet, Uber s’est dit totalement « dévasté » par cette affaire. L’entreprise a mis fin au contrat du chauffeur et elle se dit prête à collaborer avec les forces de l’ordre.

Ce n’est malheureusement pas la première fois que la société américaine se retrouve dans une telle situation. En réalité, plusieurs de ses chauffeurs ont fait face à des poursuites identiques par le passé, notamment au Pakistan.

Mots-clés uber