Uber : un chauffeur poursuivi pour viol

Uber se retrouve une nouvelle fois mêlé à une affaire sordide. Une femme vivant à Newport Beach prétend en effet avoir été violée par son chauffeur. Elle a déposé plainte au tribunal.

La scène s’est déroulée le 30 mars dernier à Santa Ana, une ville située dans l’état de Californie, aux États-Unis. La victime, dont l’identité n’a pas été communiquée par les autorités, a commandé une course pour regagner son domicile. Angel Sanchez, un homme âgé de trente-six ans, a pris la course et il a raccompagné la femme chez elle.

Uber poursuite viol

D’après le procureur chargé de l’enquête, l’homme aurait cependant fait une halte dans une rue peu fréquentée située à proximité du domicile de sa cliente. Il l’aurait ensuite agressée sexuellement.

Uber : un chauffeur de l’entreprise accusé d’avoir violé sa cliente

La femme aurait tenté de se débattre, sans succès. Après l’attaque, elle aurait couru en direction de chez elle pour prévenir les autorités.

Après avoir entendu son témoignage, la police a envoyé plusieurs agents au domicile du chauffeur afin de l’arrêter. L’homme a ensuite été placé en détention et le dossier a été remis au procureur de la région et ce dernier a décidé d’engager des poursuites à l’encontre du suspect.

Angel Sanchez devra donc s’expliquer devant un juge dans ces prochaines semaines. Il risque une peine maximale de huit ans de prison s’il est reconnu coupable.

Uber n’a évidemment pas tardé à publier un communiqué de presse. L’entreprise a notamment indiqué qu’elle travaillait en étroite collaboration avec les forces de l’ordre et qu’elle avait la ferme attention de continuer sur sa lancée dans ces prochaines semaines.

Le chauffeur a été immédiatement suspendu

En raison de l’extrême gravité des accusations dont fait l’objet son chauffeur, la société a également choisi de le suspendre définitivement. Angel Sanchez n’aura donc plus le droit de conduire pour Uber, pas avant l’issue du procès tout du moins.

Cette histoire ne tombe en tout cas pas au meilleur moment pour l’entreprise américaine. Elle enchaîne en effet les problèmes et les critiques depuis plusieurs mois maintenant. Après avoir été accusée d’avoir arnaqué des clients et des chauffeurs, la société a en effet été mêlée à une sordide affaire d’espionnage industriel. En parallèle, les autorités italiennes ont également décidé de suspendre ses principaux services.

Et ça, bien sûr, c’est sans parler des bourdes répétées des représentants de l’entreprise ou même des problèmes rencontrés par les voitures autonomes de l’entreprise en Californie.

L’ubérisation semble finalement avoir ses limites.

Mots-clés justiceuber