UberPop : les premières arrestations ont eu lieu

UberPop n’est plus le bienvenu en France. Loin de là même puisqu’il a été jugé comme illégal en fin d’année dernière. Pire, il est même interdit depuis le 1er janvier 2015 mais la société californienne ne l’entend pas de cette oreille et le service est toujours en fonctionnement à l’heure actuelle. Oui, et c’est précisément ce qui a poussé les autorités à procéder à six interpellations.

Ces dernières ne visent d’ailleurs pas la société, mais les chauffeurs. Selon Le Monde, ces arrestations auraient eu lieu le 7 et le 8 février dernier et d’autres seraient prévues dans un avenir plus ou moins proche.

Arrestations UberPop

UberPop n’est plus le bienvenu en France.

Le procureur aurait effectivement encore une trentaine de dossiers sur son bureau.

Une trentaine de dossiers se trouvent sur le bureau du procureur

UberPop est un service un peu atypique, qui n’a pas grand chose à voir avec les autres offres de la firme. En réalité, n’importe quel particulier peut s’inscrire au programme et mettre ainsi leur véhicule à la disposition des autres utilisateurs.

Enfin à partir du moment où ils respectent les conditions imposées par la société.

Ils doivent effectivement être âgés de 21 ans et posséder un véhicule de moins de dix ans équipé de quatre ou cinq portes. En outre, ils sont obligés d’être titulaire de leur permis depuis au moins un an et d’avoir un casier judiciaire vierge.

Mais que reproche-t-on au service alors ? Si UberPop est présenté comme une plateforme de covoiturage, la justice française ne l’entend pas de cette oreille. Pour elle, il s’agit d’une offre parfaitement commerciale faisant concurrence aux taxis traditionnels et c’est ce qui l’a poussé à rendre le jugement évoqué un peu plus haut.

Précisons pour finir que les chauffeurs s’exposent à une condamnation qui peut aller jusqu’à un an d’emprisonnement, avec 15 000 euros d’amende, une suspension de permis et la confiscation de leur véhicule.

Mots-clés uberpop