Ubisoft : Le PDG promet une restructuration après les accusations de harcèlement dans l’entreprise

Le monde du jeu vidéo n’est pas exempt de sexisme et autres formes de harcèlement. Twitch aura récemment fait parler de lui pour son inaction dénoncée par des streameuses. Mais le plus gros scandale a eu lieu ces derniers jours du côté d’Ubisoft, après les dénonciations non-anonymes de plusieurs employés de la boîte. Très rapidement, d’autres sociétés majeures ont décidé de réagir, prenant les devants, comme Electronic Arts, promettant de mettre en place des mesures. Et après un scandale de plusieurs jours chez Ubisoft, son PDG, Yves Guillemot, a décidé de réagir par la voie d’un communiqué.

L’homme promet dans cette publication une restructuration pour mieux lutter contre le harcèlement.

Crédit : Ubisoft

Cette annonce fait suite à la mise à pied de deux employés, accusés de harcèlement.

Une situation tendue dans les locaux d’Ubisoft

La polémique ne cesse d’enfler chez Ubisoft après des accusations de harcèlement. A tel point que Yves Guillemot, PDG de la société, a décidé de prendre la parole, le 2 juillet. Un communiqué transmis aux employés appelé “Le changement commence dès à présent“. L’homme commence par expliquer que le harcèlement n’est pas acceptable, aussi bien du côté des victimes que des témoins. Yves Guillemot promet que les personnes ayant dénoncé ces comportements seront entendus et que des changements vont avoir lieu. Des changements qui devront être “profonds et rapides“, à tous les niveaux de l’organisation chez Ubisoft.

Yves Guillemot commence par expliquer qu’une restructuration aura lieu. Le département éditorial sera repensé alors que deux employés ont été mis à pied après des accusations de harcèlement : Tommy François et Maxime Béland. Les ressources humaines sont également concernées.

Lidwine Sauer a été nommée comme responsable de la culture en entreprise. La femme devra analyser comment fonctionne la gestion d’Ubisoft et faire en sorte que des changements majeurs s’opèrent pour le bien-être des employés. Cette dernière rendra directement des comptes à Yves Guillemot. La femme a également été promue à la tête de responsable de l’inclusion et la diversité. Des groupes d’écoute auront également lieu, ainsi qu’un questionnaire à remplir anonymement.

Yves Guillemot explique également qu’un service permettant d’alerter anonymement en cas de harcèlement est mis en place, géré par une société indépendante.