Web

Ubisoft : Le PDG s’excuse pour les récentes accusations de harcèlement et autres agressions sexuelles

Même si Ubisoft a décidé d’organiser une conférence, où a notamment été dévoilée un Far Cry 6 qui mettrait de nouveau en scène Vaas Montenegro, la polémique ne désenfle pas. Car la société française fût épinglé par Numérama et Libération pour sa culture de l’entreprise toxique, entre harcèlement et autres agressions sexuelles. Suite à cette polémique, le gouvernement français se sera même exprimé alors que le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, a pris de nombreuses décisions pour améliorer les choses. Et aujourd’hui, Numérama livre de nouvelles informations sur cette affaire qui frappe l’industrie vidéoludique.

Yves Guillemot, PDG d’Ubisoft, a envoyé un message d’excuse à ses employés.

Crédit : Ubisoft

Une vidéo dans laquelle l’homme revient sur ces récentes révélations qui ont entraîné la démission de plusieurs employés visés par les accusations.

Yves Guillemot promet de “changer Ubisoft pour le meilleur”

C’est une longue vidéo que Yves Guillemot, PDG d’Ubisoft, a décidé d’envoyer à ses employés en pleine polémique sur la culture de l’entreprise. Ce sont 18000 personnes qui ont reçu ces excuses, selon les témoignages recueillis par Numérama.

Le média français explique que “la vidéo ne s’arrête pas aux excuses. Pendant 10 minutes, Yves Guillemot annonce une suite de mesures destinées à «  changer Ubisoft pour le meilleur ». En plus des mesures d’ores et déjà annoncées, comme le recours à des cabinets de consultants extérieurs pour réaliser des enquêtes, la création d’un poste de « Head of Workplace Culture  » et la mise en place d’un système d’alerte interne, l’entreprise souhaite désormais aller plus loin“.

La polémique est donc toujours présente dans les couloirs d’Ubisoft. Depuis les révélations de Libération et Numérama, plusieurs employés ont démissionné, sans doute poussés vers la sortie. On trouve notamment Maxime Béland, visé par des accusations, comme Serge Hascoët, qui n’avait pas trouvé assez vendeur qu’une héroïne soit uniquement jouable dans Assassin’s Creed Odyssey.

Suite aux nombreuses révélations, Yves Guillemot semble donc tenir sa position. Celle d’améliorer la culture d’entreprise chez Ubisoft pour en faire un endroit beaucoup plus sûr pour les employés.

Il semblerait que les enquêtes menées par divers médias français aient poussé Ubisoft à revoir sa façon de fonctionner, espérons-le pour le meilleur.

Mots-clés ubisoft