Un analyste de Wall Street est convaincu que Facebook continuera de couler

Brian Wieser est un analyste de Wall Street qui a beaucoup fait parler de lui après une annonce inattendue en juillet 2017. L’expert a incité tous les actionnaires de Facebook à vendre leurs actions alors qu’à cette période, les actions du groupe ne cessaient de prendre de la valeur allant de 166 dollars en dépassant 210 dollars par action.

Le spécialiste ne démordit pas et déclara que les actions de la plateforme chuteront jusqu’à atteindre 140 dollars par action.

Son analyse fut confirmée par la suite. Les actions de Facebook débutèrent leur dégringolade quelques mois après la prévision de l’analyste. L’action est actuellement de 140,46 dollars. Pourtant, l’analyste a revu son jugement à la baisse. Il déclare désormais que les actions continueront de chuter jusqu’à atteindre les 131 dollars.

Business Insider a interviewé l’analyste pour découvrir pourquoi il est si pessimiste sur l’avenir de Facebook et ce qu’il prévoit pour l’entreprise pour les années à venir.

Facebook aura du mal à se développer

Alors que près de 50 analystes voient un avenir radieux pour Facebook, Wieser fait partie des trois seuls analystes à s’opposer à cette vision. C’est un personnage célèbre dans le domaine publicitaire. Ad Age le décrit même comme étant « l’homme le plus cité dans la publicité. »

Interrogé quant aux raisons de son scepticisme sur Facebook, l’analyse a tout simplement déclaré que le secteur publicitaire ne laisse plus assez de place pour que Facebook puisse se développer. Il déclare que « L’émergence de la publicité numérique n’a pas modifié la trajectoire du marché publicitaire mondial. Avoir la conviction que Facebook et Google pourraient poursuivre leur croissance au-delà d’un certain niveau, c’est supposer que vous pouvez modifier la trajectoire globale du secteur. »

Les scandales de Facebook sont mauvais pour les affaires

L’analyste pense également qu’à moins que Facebook parvienne à dépasser Google, le groupe n’aura pas vraiment de marge de manœuvre pour évoluer. Pour l’instant, l’analyste déclare que Facebook est encore très loin de pouvoir se mesurer à Google. Par ailleurs, les scandales qui tournent autour du réseau social empirent la situation selon Wieser.

Cette année n’a pas été de tout repos pour Facebook, ne serait-ce que pour citer le scandale de Cambridge Analytica ou encore l’enquête de ProPublica. L’expert déplore l’incapacité des responsables du service à diriger et gérer correctement l’entreprise et de protéger les données des utilisateurs.

Il est fort probable que le Conseil d’administration de Facebook propose, voire même, impose certains changements drastiques bien que l’analyste ignore en quoi consisteront ces changements.