Un ancien cadre de Netflix empêtré dans des affaires de corruption

De 2011 à 2014, Michael Kail occupait le poste de directeur de la technologie chez Netflix. À l’époque, cet homme, aujourd’hui âgé de 49 ans, a tiré parti de sa position pour illégalement se faire de l’argent sur le dos de la firme moyennant des méthodes bien élaborées. Mais en 2014, le PDG de Netflix a mis le doigt sur le pot aux roses.

Récemment, après un procès qui a duré plus de deux semaines, Kail a été reconnu coupable de 28 chefs d’accusation sur 29. Au cours du procès, les preuves ont clairement montré que Kail acceptait entre autres des pots-de-vin en échange de contrats de collaboration avec Netflix, sans toutefois disposer de l’accord de Netflix.

Crédits Pixabay

Michael Kail risque maintenant de passer un très long moment derrière les barreaux en plus de devoir payer des amendes particulièrement salées. Le Department de la Justice devrait se prononcer sur la peine de Kail d’ici 3 mois. Pour le moment, Kail jouit encore de sa liberté, moyennant le paiement d’une caution.

Kail a illégalement amassé une fortune en abusant de sa position

Selon le DoJ, le montant total des pots-de-vin que Kail a acceptés dépasse les 500 000 $. De 2011 à 2014, l’intéressé a ainsi illégalement approuvé des options d’achat d’actions de Netflix, en échange d’importantes sommes d’argent. Parmi ceux qui ont pu bénéficier des offres peu scrupuleuses de Kail, il y a Netenrich, Platfora et 7 autres firmes.

Pour cacher sa magouille, Kail a créé Unix Mercenary LLC, une entreprise qui ne disposait d’aucun employé et qui n’avait même pas de local. Par l’intermédiaire de cette entreprise factice, il se faisait payer, et entre 2012 et 2014, Netenrich lui a permis d’encaisser environ 269 986 $.

Toujours grâce à un accord signé au nom de Netflix, en 2013, avec Platfora cette fois, Kail a gagné 250 000 $. Et en 2014, avant que Netflix n’engage des poursuites à son encontre, Kail a pu conclure un dernier contrat d’abonnement s’élevant à 84 000 $ avec Numerify.

L’ancien cadre de Netflix risque d’écoper d’une peine exemplaire

Pour l’avocate de Michael Kail, malgré ces preuves accablantes, le verdict était injuste. Cette dernière a bien évidemment indiqué qu’elle prévoit de faire appel de cette décision. Précisons que Kail a été reconnu coupable de 28 chefs d’inculpation dans cette affaire.

Nous pouvons ainsi citer 19 accusations pour fraude électronique, 3 pour fraude et 7 pour blanchiment d’argent. Pour chaque chef d’inculpation pour fraude, Michael Kail risque jusqu’à 20 ans de prison et 250 000 $ d’amende. Enfin, chacune des accusations de blanchiment d’argent pourra lui coûter 250 000 $ d’amende et l’envoyer derrière les barreaux durant une bonne dizaine d’années.

Mots-clés justicenetflix