Un ancien géoglyphe découvert en Sibérie

Les géoglyphes intriguent les chercheurs depuis des années. L’origine de ces dessins gigantesques tracés dans le sol reste jusqu’à aujourd’hui un mystère pour les archéologues. Parmi les géoglyphes les plus célèbres au monde, on retrouve les fameuses lignes de Nazca. Ces géoglyphes se trouvant au Pérou ont été découverts en 1927.

Récemment, un nouveau géoglyphe a été découvert par une équipe d’archéologues. Et à en croire ces derniers, il serait deux fois plus âgé que les lignes de Nazca. Ce géoglyphe a été retrouvé près du village de Khondergey, au sud-ouest de la République de Touva, en Sibérie. Comme on peut le voir sur les images dévoilées par les archéologues, et disponibles ici, il représente un taureau.

Une photo de la forêt sibérienne enneigée
Image par Анатолий Стафичук de Pixabay

Ce géoglyphe fait avec des pierres mesure 3 mètres de large et 4 mètres de haut.

A lire aussi : En Sibérie, le sol explose à cause du changement climatique

Un géoglyphe âgé de plus de 4000 ans

D’après les estimations des chercheurs, ce géoglyphe est âgé d’un peu plus de 4000 ans. Bien qu’on puisse apercevoir distinctement la forme du taureau, seule sa partie inférieure a été bien conservée. Ainsi, on peut voir l’agencement des pierres qui forment son dos, sa queue et ses pattes arrière.

Les archéologues ont indiqué que la partie supérieure du taureau avait été détruite dans les années 1940. Sa destruction serait due, selon eux, à la construction de routes. En dépit de cela, ce géoglyphe reste une découverte précieuse. En effet, c’est le premier de ce genre à avoir été trouvé au sein de la République de Touva, mais surtout en Asie centrale.

A lire aussi : Ca chauffe en Sibérie et ce n’est pas bon pour la planète

Une découverte unique

Marina Kilunovskaya, qui est à la tête du Tuva Archaeological Expedition, a souligné le caractère unique de cette découverte.

« On retrouve souvent le motif du taureau dans les cultures d’Asie centrale de l’Âge de Bronze. Les taureaux apparaissent parfois sous forme de pétroglyphes à Touva et dans les territoires voisins. Toutefois, voir ce géoglyphe est une découverte unique dans toute la région de l’Asie centrale. »

Les chercheurs poursuivent l’étude de ce géoglyphe. Pour l’instant, l’histoire de ce taureau reste encore assez mystérieuse. À terme, on finira peut-être par découvrir son origine. Aujourd’hui, les archéologues espèrent que ce géoglyphe sera préservé dans un site protégé.

Les fouilles qui ont mené à la découverte de ce géoglyphe ont été dirigées par des archéologues de l’Institute of the History of Material Culture et de la Russian Academy of Sciences.

Mots-clés archéologie