Un astéroïde a (vraiment) frôlé la Terre vendredi et personne ne s’est rendu compte de rien

La Terre ne flotte pas seule dans l’immensité de l’espace, bien au contraire. Notre propre système abrite ainsi des milliers de corps différents, des corps allant de la planète à la planète naine en passant par les astéroïdes ou encore les comètes.

La loi des statistiques étant ce qu’elle est, notre planète reçoit donc très souvent la visite d’astéroïdes. Et si la plupart d’entre eux passent à bonne distance de notre monde, il arrive que certains corps s’aventurent un peu plus près.

Un astéroïde flottant dans l'espace
Crédits Pixabay

C’est précisément ce qui s’est produit vendredi 13 novembre.

Un astéroïde est passé très près de la Terre vendredi dernier

Un astéroïde baptisé A10sHcN – à vos souhaits – s’est en effet beaucoup approché de notre planète. Il l’a même frôlé, en passant à une distance équivalente à celle qui nous sépare de la station spatiale internationale.

Sa trajectoire l’a en effet emmené à moins de 400 kilomètres de notre position, pulvérisant par la même occasion le record détenu par 2020 QG qui était pour sa part passé à environ trois mille kilomètres de la Terre.

Il y a plus inquiétant cependant. Encore une fois, personne n’a été en mesure d’identifier cet astéroïde avant qu’il ne passe à côté de notre planète.

En effet, si nos instruments fonctionnent bien la plupart du temps, ils sont parfois victimes d’éblouissement et ils ont donc du mal à repérer des objets provenant de la direction de notre étoile, ce qui a été précisément le cas ici.

Une trajectoire qui l’a amené à moins de 400 km de notre position

En conséquence, A10sHcH n’a été détecté qu’après son passage à proximité de notre monde.

Reste que si le corps avait touché notre planète, il n’aurait occasionné que très peu de dégâts. D’après les relevés effectués par les astronomes, A10sHcH atteignait un diamètre compris entre 5 et 10 mètres et il n’aurait donc pas pu survivre à son entrée dans notre atmosphère.

Cela ne veut cependant pas dire que tous les astéroïdes sont sans danger. En réalité, les corps les plus grands peuvent s’avérer extrêmement dangereux pour nos installations. L’exemple le plus marquant étant celui de Tcheliabinsk.

En 2003, un corps de seulement une quinzaine de mètres de diamètre a en effet explosé dans le ciel au-dessus de l’oblast russe et la ville du même nom a vu des centaines de vitres exploser sous l’impact. Beaucoup de gens ont été blessés et les services d’urgences de la ville ont été rapidement submergés.

On comprend dans ce contexte pourquoi les agences spatiales travaillent sur des programmes de détournement.

Mots-clés terre