Un astrobiologiste met au point un logiciel capable de prédire l’évolution d’une planète (et de voir si elle serait habitable)

Définir le potentiel d’habitabilité d’une planète est un exercice assez complexe à mettre en oeuvre. Un tel modèle nécessite en effet la prise en compte d’une multitude de paramètres physiques, chimiques ou encore géologiques et astrophysiques.

Rory Barnes, un astrophysicien de l’Université de Washington, s’est penché sur la conception d’un tel modèle et est parvenu à concevoir VPlanet : un logiciel capable de simuler les différents aspects de l’évolution d’une planète sur des milliards d’années.

Crédits Pixabay

VPlanet est ainsi capable de virtuellement renseigner les chercheurs sur le potentiel d’habitabilité d’une planète, sur la base de données collectées sur des mondes lointains, afin de voir si ces derniers peuvent accueillir la vie voire même s’ils sont déjà susceptibles de l’héberger.

VPlanet, un outil au service de la recherche d’une vie extraterrestre

Selon Barnes, le concepteur de VPlanet, le logiciel est axé sur trois composantes principales. En premier, faire une simulation sur la base d’exoplanètes découvertes afin de voir si elles peuvent potentiellement abriter l’eau qui est essentielle à la vie.

Deuxièmement, réaliser une modélisation des systèmes planétaires pour connaître les propriétés des planètes qui les constituent ainsi que leur histoire.

Et enfin, devenir un outil au service de la science et de la recherche de la vie au sein de l’univers.

Relier différents processus physiques de manière cohérente

Le logiciel VPlanet se base sur différents modules permettant de prendre en compte des paramètres relatifs à la planète, tels que : sa constitution, son évolution interne, le magnétisme, la gravité et ses effets, l’atmosphère et les phénomènes atmosphériques (sans oublier le climat) ou encore les flux océaniques.

D’autres modules intègrent des paramètres tels que les effets de la rotation de la planète, les perturbations gravitationnelles imputables aux objets qui l’entourent, de même que l’évolution de l’étoile autour duquel elle gravite.

Si le besoin s’en ressent, d’autres modules peuvent être greffés pour compléter la simulation, selon le chercheur, le but étant de prendre en compte le maximum de paramètres. Une fois tout cela intégré, le modèle physique est confronté aux observations passées afin d’en vérifier la validité et la cohérence.

Les données concernant les autres astres du système planétaire sont ensuite intégrées afin de modéliser l’histoire de l’évolution du système.

Au final, on obtient un modèle capable de faire voyager dans le temps et de suivre l’évolution des choses, et de définir si vraiment la planète peut potentiellement être habitable.