Un autel maya a été découvert au Guatemala

Jusqu’à aujourd’hui, l’histoire de la civilisation maya s’accompagne encore de mystères. Dans le but de faire avancer les recherches, des archéologues ont effectué des fouilles sur un site archéologique en Amérique centrale, au nord du Guatemala. Dans un ancien temple situé dans la jungle de La Corona, dans le département de Peten, près de la frontière avec le Belize et le Mexique, ils ont découvert un autel sculpté comportant des inscriptions en hiéroglyphes.

Les sculptures et les inscriptions gravées sur le bloc de pierre calcaire datent de 544 après Jésus-Christ.  Ce vestige révèle que, durant près de deux siècles, les dynasties mayas ont connu des épisodes de jeux de pourvoir animées par la violence, les luttes et les alliances. Les stratégies et tactiques employées étaient dignes de la série populaire de Georges R.R. Martin.

Guatemala

 

D’après Tomas Barrientos, co-directeur du programme de recherche, cette pierre retrace « la version maya de Game of Thrones ».

Le mariage comme pièce maîtresse

L’autel mesure 1,46 sur 1,20 mètre et pèse près d’une tonne. Cette « œuvre d’art de très grande qualité nous montre que ces gouvernants étaient en train d’entrer dans une ère de très grand pouvoir et qu’ils étaient en train de nouer des alliances pour, dans ce cas précis, supplanter (le royaume de) Tikal », a expliqué Tomas Barrientos. Elle pourrait permettre aux archéologues de « combler des vides » et de « reconstituer le puzzle ».

L’une des gravures est un hommage dédié au roi Chak Took Ich’aak. Ce dernier aurait régné durant vingt ans sur le Royaume du Serpent. Pour y parvenir, il devait d’abord renverser ses ennemis du Royaume du Tikal. Afin d’acquérir la puissance nécessaire, il noua des alliances avec des petites cités situées aux alentours de Tikal à travers le mariage. En l’an 562 après J.C, il parvint à ses fins.

Une zone archéologique menacée par le pillage et les incendies

Durant son apogée, le Royaume du Serpent se serait étendu de Dzibanche, au nord du Guatemala actuel, jusqu’aux « terres basses » du sud-est de la Mésoamérique. « C’est peut-être à La Corona qu’a commencé le mouvement politique le plus important de l’histoire maya », a noté Tomas Barrientos. Finalement, le royaume sera renversé par des seigneurs de Tikal.

La zone de Peten recèle une immense richesse archéologique. « Où que vous creusiez, vous trouvez (quelque chose). C’est une zone éminemment archéologique », a affirmé la vice-ministre guatémaltèque de la Culture Gladys Palala. Elle a souligné que les autorités cherchent actuellement des solutions permettant de protéger le site contre les pilleurs et les incendies.

Mots-clés archéologie