Transport aérien: Xwing a fait ses preuves en menant avec succès des tests de décollages et d’atterrissages autonomes

Tout comme les voitures sans conducteur, les avions autonomes sont en train de faire leur chemin. Aussi incroyable que cela puisse paraître, Xwing, une start-up de systèmes autonomes dans la région de la baie de San Francisco, a réussi, à plusieurs reprises, à faire décoller et atterrir le Cessna 208B Grand Caravan. Depuis le mois de juillet, la firme a effectué au  total « 70 heures de temps moteur pour les essais au sol et en vol, et plus de 40 heures de vol automatisé ».

Supervisé depuis le sol par des agents humains, notamment les 20 ingénieurs de Xwing et des contrôleurs aériens, le Cessna âgé de 27 ans appartenait aux Nations Unies. La navette a été spécialement modifiée pour répondre aux exigences de la nouvelle technologie et être intégrée aux systèmes de contrôle de vol embarqué. Le Cessna est d’ailleurs le premier avion de sa catégorie à pouvoir effectuer un vol entièrement autonome.

Des nuages noirs menaçants

Photo de val Ccrn – Unsplash

Bien que Xwing dispose de sa propre flotte, la start-up a besoin de partenaires pour pouvoir  rendre sa technologie plus accessible.

La jeune pousse cherche à devenir un transporteur aérien au niveau régional

Depuis sa création en 2016, Xwing opère en mode furtif et l’entreprise est parvenue à décrocher un certificat de transporteur aérien Part 135 de la Federal Aviation Administration (FAA). Après avoir réussi les tests de décollages et d’atterrissages autonomes, la jeune pousse de quatre ans estime être prête à opérer sur le marché régional.

La société cible notamment les opérations de fret commerciales, de courte distance, dans un rayon d’à peu près 800 km. Selon Marc Piette, PDG et fondateur de Xwing, « le chemin vers la pleine autonomie commence avec le marché du fret aérien, et implique des opérateurs à distance qui supervisent des flottes d’avions sans pilote ».

Xwing a fait du chemin

Même si Xwing n’est entrée dans l’industrie aéronautique que depuis quelques années, la start-up est bien capable de se faire un nom dans le milieu. Grâce à ses compétences en matière de systèmes de détection et d’évitement, la société de San Francisco travaille depuis plus d’un an sur le système d’aéronef sans pilote (UAS) de la NASA. Le projet s’inscrit dans le cadre du programme National Airspace System (NAS).

Quoi qu’il en soit, Xwing n’est pas la première firme à s’investir dans les avions sans pilote. Des sociétés de renom comme Boeing et Airbus travaillent également d’arrache-pied pour mettre au point un système de transport aérien autonome.

Mots-clés Xwing