Un bibliothécaire a détourné 89 000 $ pour des achats intégrés

Aux États-Unis, un bibliothécaire âgé de 38 ans a été condamné par le tribunal du comté de Cache pour avoir détourné plus de 80 000 dollars. L’argent avait été utilisé pour effectuer des achats intégrés dans le jeu Game of War.

Le fait s’est déroulé à North Logan, dans le comté de Cache en Utah. L’année dernière, Adam Winger a démissionné de son poste de directeur de la bibliothèque de la municipalité. La raison de la démission était à ce moment-là très floue. Mais maintenant, tout semble enfin clair. En fait, le fan inconditionnel de Game of War a détourné environ 89 000 dollars pour des achats intégrés dans le jeu.

Facepalm

Face à ce détournement de fonds, le bibliothécaire a écopé d’une peine d’emprisonnement assortie d’une amende de 78 000 dollars à titre de dédommagement.

30 jours de prison pour Adam Winger

L’affaire a été prise en charge par le tribunal de première instance du comté de Cache qui a fixé la peine d’emprisonnement à 30 jours.

Et ce n’est pas tout, le bibliothécaire a écopé d’une autre sanction. Il doit notamment effectuer 100 heures de service communautaire.

D’après l’avocat du coupable, celui-ci a dû vendre sa maison et vider son fonds de retraite pour payer l’amende de 78 000 dollars requis par la justice.

Des achats intégrés dans Game of War

Le petit jeu du bibliothécaire a été découvert suite à des achats qu’il a effectués sur des plateformes en ligne telles qu’Amazon, iTunes ou encore Google Play. À cet effet, des centaines d’achats ont été recensés. Ils étaient tous relatifs à des cartes-cadeaux en lien avec Game of War.

Pour dépenser l’argent détourné, Winger s’est servi de deux comptes Amazon, tous deux reliés à des cartes de crédit personnelles et appartenant à son lieu de travail. Il faut savoir qu’en plus d’avoir été condamné pour détournement de fonds, le bibliothécaire a été accusé de falsification de factures dans le but d’effacer les traces de son acte.

Le moins que l’on puisse, c’est que cette histoire prouve encore une fois que l’addiction au jeu vidéo peut nous apporter de sérieux ennuis.