Un bracelet pour remplacer la canne blanche des malvoyants

Environ un milliard de personnes dans le monde souffriraient d’un certain degré de déficience visuelle, selon des statistiques. Depuis tous les temps, les malvoyants utilisent une canne pour se repérer dans leur environnement. Cet outil leur permet d’identifier les obstacles pour les contourner. Néanmoins, en plus d’être assez encombrant, il présente plusieurs limites. Actuellement, différentes équipes de chercheurs essaient de trouver un moyen plus pratique de le remplacer.

La plus récente invention de ce genre est un petit bracelet de forme rectangulaire, que l’on peut porter au poignet. Il s’agit du bracelet T.O.F V2, destiné à offrir une plus grande indépendance et une meilleure qualité de vie aux personnes atteintes de cécité ou autre problème visuel. Le dispositif communique avec l’utilisateur à travers des vibrations.

Une femme avec des mains posées sur ses yeux
Photo by Ryoji Iwata on Unsplash

Les vibrations s’intensifient au fur et à mesure que la personne se rapproche de l’obstacle. Il est capable de détecter des objets sur une distance allant jusqu’à quatre mètres.

A lire aussi : En Inde, un homme s’est noyé en suivant aveuglément les instructions de Google Maps

Un capteur ayant la taille d’une bague ?

Concrètement, le système est composé de quatre constituants électroniques, dont un capteur de distance à temps de vol contrôlé par un Feather. Le tout est compacté dans un boitier pouvant être fixé au poignet par un bracelet. Le matériel est imprimé en 3D. Cette technique permet de réduire considérablement le coût et la complexité de la fabrication.

À présent, le fabricant projette d’entamer la phase 2 du projet, dont l’objectif est de réduire dispositif à la taille d’une bague.

A lire aussi : Matthew Whitaker, le pianiste aveugle qui pourrait nous en apprendre plus sur le génie créatif

Un gant et des chaussures GPS pour les malvoyants

Notons que d’autres technologies relativement similaires ont récemment vu le jour, dont un gant augmenté au laser conçu en 2019, ou des chaussures GPS fabriquées par une start-up japonaise. Celles-ci ont vu le jour très récemment. Elles ont été imaginées par l’ingénieur Wataru Chino, après qu’un membre malvoyant de sa famille ait eu un accident. Son objectif est d’« assurer une mobilité plus sûre et avec plus de liberté pour les personnes malvoyantes ».

Un petit boitier blanc sans fil, relié à une application sur smartphone, peut être glissé dans la chaussure. Le capteur guide l’utilisateur tout au long de son itinéraire au moyen de vibrations.

« Si vous devez aller tout droit, l’appareil vibre sur la partie avant du pied, alors que si vous devez tourner, les vibrations seront palpables côté droit ou gauche selon la direction à prendre. »

Wataru Chino, le fondateur d’Ashirase