Un canadair a heurté une péniche dans le Gard lors d’un écopage

Dimanche 27 août, deux Canadairs écopaient sur le Rhône, quand l’un d’eux a violemment heurté le mât d’une péniche dans le port de Vallabrègues. Heureusement, aucun blessé n’est à déplorer, mais l’accident aurait pu être tragique.

Une vidéo postée sur le web témoigne de la violence du choc, alors que des personnes se trouvaient à proximité du choc, sur le pont du navire.

L’avion a été fortement endommagé et sera indisponible pendant plusieurs semaines.

Des images effrayantes

Heureusement, c’est uniquement le flotteur gauche de l’appareil qui a été touché, et non l’aile. Car l’accident aurait pu être tragique et heureusement, les pilotes ont réussi à redresser l’appareil à temps pour éviter la catastrophe.

Le chef de la Base des avions de la Sécurité Civile Roger Gennaï s’est exprimé à la suite de cet événement « rarissime », qui fait l’objet d’investigations de la part du Bureau enquête accident (BEA) et de l’inspection générale de la Sécurité Civile.

Selon lui, l’appareil effectuait un écopage « compliqué » sur le Rhône, durant son intervention sur un incendie délicat qui a brûlé trente hectares dans une zone habitée et touristique à Collias, à proximité de Nîmes.

Une rude saison pour les pilotes

Les images publiées sur Youtube montre un premier canadair écoper sans soucis, passant à proximité des bateaux, puis le deuxième passer encore plus près, redresser juste à temps avant d’entendre le bruit du choc. Des images impressionnantes.

Le lieutenant-colonel Bernier, chef du bureau communication de la direction de la Sécurité Civile, a annoncé que le pilote et le copilote étaient suspendus à titre conservatoire. « Il s’agit de pilotes expérimentés et confirmés qui connaissent bien le plan d’eau ». Choqués, ils ont réussi à voler jusqu’à la base de Nîmes et seront examinés par un médecin spécialisé qui devra s’assurer qu’ils sont en capacité de voler à nouveau.

Il faut dire que les services d’incendies connaissent un été particulièrement rude. Des dizaines de feux ont ravagé le territoire durant l’été, et la saison n’est malheureusement pas finie, du fait d’une canicule et d’une sécheresse exceptionnelles. Les pilotes ont été fortement sollicités, et évoluent souvent dans des zones difficiles, tant pour les largages que pour les écopages. Ils réalisent un remarquable travail et sont souvent salvateurs. Cet événement rappelle les tragiques accidents du passé.

Des débris du Canadair ont été retrouvés sur des bateaux amarrés dans le port. Il sera indisponible pendant plusieurs semaines. Heureusement, les parties « vitales » de l’appareil n’ont pas été touchées, car à la vue des images, l’on pense immédiatement à un crash fatidique.