Un chercheur met en garde contre les recherches secrètes menées sur l’intelligence artificielle

Yoshua Bengio, un chercheur en intelligence artificielle (IA), a remporté le prix Turing en mars 2019 aux côtés de Geoffrey Hinton et Yann LeCun grâce à leur travail sur l’intelligence artificielle.

Malgré cet exploit et malgré tous les avantages que ce chercheur reconnaît à l’évolution de la technologie en général et à celle de l’intelligence artificielle en particulier, Yoshua Bengio met en garde contre une mauvaise utilisation de cette technologie. Selon lui, des choses qui risquent de nuire à l’humanité se passent en coulisses, à l’abri des yeux de la communauté. Il a notamment fait part de ses craintes dans une interview accordée à la revue Nature.

Cerveau

Crédits Pixabay

Loin de vouloir dresser un tableau apocalyptique, le chercheur déclare quand même que selon lui, le danger, ce n’est pas l’intelligence artificielle en elle-même, mais ce que l’on en fait.

Des recherches secrètes effectuées pour le compte de gouvernements

Yoshua Bengio est professeur à l’Institut d’algorithmes d’apprentissage de Montréal. Sa plus grande crainte, c’est le fait que des personnes effectuent en secret des recherches sur l’intelligence artificielle pour s’en servir à de mauvaises fins. Il prévient que :

« Une grande partie de ce qui est le plus inquiétant ne se produit pas en plein jour. Cela se passe dans les laboratoires militaires, dans les organisations de sécurité, dans les entreprises privées fournissant des services aux gouvernements ou à la police ».

L’utilisation de l’IA doit sérieusement être réglementée, conseille le chercheur

Bien que le chercheur espère que les recherches sur l’IA aboutissent à des découvertes qui vont sauver ou améliorer la qualité de vie de nombreuses personnes, il déclare que dans les coulisses, certaines inventions sont carrément dangereuses pour l’humanité. « Les drones tueurs sont une préoccupation majeure » a-t-il cité comme exemple.

Des drones qui semblent faire de plus en plus d’émules.

De plus, ce scientifique souligne que les inventions et recherches sur l’IA, même celles qui ont vocation à servir l’humanité, peuvent être servies dans le but contraire par des personnes peu scrupuleuses. Il explique ainsi que « les dangers d’abus venant de la part des gouvernements, en particulier, sont bien réels. L’IA est un outil qui peut être utilisé par ceux qui sont au pouvoir pour rester au pouvoir et pour accroître ce pouvoir. »

Selon lui, la solution est de mener des discussions ouvertes et structurées. Puis, d’adopter de strictes réglementations au niveau international.