Un chirurgien indien veut ressusciter les morts

Himanshu Bansal est persuadé qu’il est possible de ramener des patients en état de mort cérébrale à un état de conscience minimal. Il comptait même mener une expérimentation sur des humains, mais l’Indian Council of Medical Research (ICMR) en a décidé tout autrement. L’organisation a en effet posé son veto.

Himanshu Bansal travaille depuis plusieurs années comme chirurgien orthopédique à l’Hôpital Anupam, un hôpital situé au nord de l’état de l’Uttarakhand et donc à environ deux cents kilomètres de Delhi.

Ressurection

Un chirurgien indien pense qu’il est possible de ramener à la vie des patients en état de mort cérébrale.

Il se passionne depuis longtemps pour l’état de mort cérébrale et il est persuadé qu’il est parfaitement possible d’inverser le processus et de ramener les patients à un état de conscience minimal.

Himanshu pense qu’il est possible d’inverser l’état de mort cérébrale

En mai dernier, l’homme avait annoncé son intention de procéder à des essais cliniques sur une vingtaine de patients en utilisant divers procédés : le projet ReAnima. Il prévoyait notamment d’injecter dans le cerveau de ces hommes et de ces femmes des cellules souches présentes dans les tissus de l’embryon et d’utiliser des peptides afin de favoriser la régénération de leurs neurones.

Il ne comptait cependant pas en rester là et il avait ainsi l’intention d’utiliser des pulsations laser proches de l’infrarouge afin de stimuler le cerveau de ses cobayes, mais également leur nerf médian, et donc le nerf situé entre la nuque et les bras.

En combinant ces techniques, il pensait pouvoir améliorer la cognition chez les patients atteints d’un traumatisme cérébral.

Himanshu a été très critiqué par ses pairs, bien sûr, mais il a tout de même reçu le soutien de Bioquark, une entreprise américaine spécialisée dans la biotechnologie. Cette dernière s’était d’ailleurs engagée à fournir au chirurgien les peptides nécessaires à l’expérience.

L’ICMR a décidé d’interdire les expérimentations du chirurgien

Face à la situation, l’ICMR a ouvert une enquête et cette dernière a révélé de nombreuses lacunes réglementaires dans cette expérience. Himanshu et ses collègues devaient notamment obtenir une autorisation du contrôleur indien en charge des drogues, mais le dossier n’a pas été rempli et le conseil a donc décidé d’interdire toutes les expérimentations prévues dans le cadre du projet ReAnima.

Cette décision a été saluée par une partie de la communauté médicale et cela n’a rien de surprenant, car de nombreux spécialistes se sont élevés contre ce projet lorsqu’il a été rendu public. L’expérimentation envisagée par le chirurgien et son équipe inquiète en effet les scientifiques, d’autant que ces derniers ne l’ont pas testée sur des animaux avant d’envisager ces essais cliniques.

Himanshu Bansal a cependant fait savoir qu’il ne comptait pas en rester là. Pour lui, ce revers n’est qu’un contretemps et il est bien décidé à mener cette expérience.

Il est d’ailleurs prêt à quitter son pays pour le faire.