Un clip choquant pour dénoncer l’exploitation sexuelle des enfants

Free A Girl a lancé une nouvelle campagne afin de dénoncer l’exploitation sexuelle subie par les enfants de certains pays. Très provocateur, il ne fait pas l’unanimité sur les réseaux sociaux. Il a même provoqué une véritable levée de boucliers chez certains internautes.

Free A Girl est une association à but non lucratif qui combat depuis plusieurs années l’exploitation sexuelle dont sont malheureusement victimes chaque année des millions d’enfants.

Free a Girl

Elle s’est notamment donné pour mission de libérer les jeunes filles de la prostitution forcée. Durant ces huit dernières années, l’association est venue en aide à 3802 filles et fillettes.

Une campagne-choc pour dénoncer l’exploitation sexuelle subie par les enfants

L’organisation a décidé de profiter de la semaine de lutte contre la prostitution des enfants organisée aux Pays-Bas pour mettre en ligne une nouvelle vidéo.

Cet événement se déroulera du 15 au 21 mai prochain et il a pour but de lever le maximum d’argent afin de permettre aux associations de financer leurs opérations de lutte contre la prostitution enfantine à travers le monde. Sortir des enfants de la rue coûte en effet assez cher et les associations manquent malheureusement de moyens financiers.

Free A Girl a donc réalisé un clip afin de sensibiliser le public à cette cause extrêmement importante.

Les premières minutes se focalisent sur plusieurs fillettes assises à une table, face à une boîte. Elles portent toutes un masque d’animal afin que l’on ne puisse pas les reconnaître.

En ouvrant la boîte, elles découvrent des objets qu’elles ne connaissent pas. Ce sont des sextoys. Elles ne comprennent évidemment pas l’utilité de ces objets en raison de leur âge. Certaines pensent même que ce sont des baguettes magiques ou encore des rouleaux à pâtisserie.

Une campagne assumée

Puis, les rires d’enfants et les couleurs acidulées laissent place à une scène tournée dans un bordel quelconque, en caméra cachée. La séquence présente une fillette de sept ans et on entend derrière une discussion entre un homme et une femme. Ils sont en train de négocier une passe.

Ce passage est extrêmement choquant, bien entendu, mais il n’a rien d’une fonction. Il existe réellement dans ce monde des hommes qui payent pour pouvoir avoir des rapports sexuels avec des enfants.

Cette scène est insoutenable, mais Free A Girl assume pleinement son choix. Eveline Hölsken a ainsi profité d’une entrevue pour déclarer que la prostitution touche environ deux millions d’enfants dans le monde, dont 1,2 million en Inde. Certaines fillettes doivent ainsi avoir des rapports sexuels avec des dizaines d’hommes tous les jours et elles n’ont malheureusement pas le luxe de se complaire dans l’innocence.

Mots-clés nopub