Un crunch chez CD Projekt Red pour tenir les délais et sortir Cyberpunk 2077 à temps

Alors que Cyberpunk 2077 est prévu sortir le 19 novembre prochain, à mesure que l’échéance se rapproche, il semble bien que la situation se corse chez CD Projekt Red, la branche CD Projekt qui s’occupe du développement du jeu.

Apparemment, le développeur se trouve bien embêté pour peaufiner les paramétrages et apporter les corrections aux bugs du jeu et cela prend plus de temps que prévu. Et selon un récent rapport Bloomberg, relayé par The Verge, le développeur demanderait actuellement à ses employés de travailler 6 jours sur 7 pour tenir le deadline.

Cette situation de crise aurait donc finalement conduit CD Projekt à faire usage de mesures particulières en matière d’heures travaillées, sans quoi le développeur risque de ne pas pouvoir présenter l’œuvre à la date mentionnée, même si cela va à l’encontre des engagements que l’entreprise a pris.

CD Projekt ne peut plus se permettre de repousser la sortie de Cyberpunk 2077

Cyberpunk 2077 est très attendu par les gamers, et ce, depuis un petit bout de temps. Pour rappel, la date de sortie initiale, prévue le 16 avril dernier, a déjà été repoussée deux fois, passant au 17 septembre pour finalement être calée au 19 novembre. Sans parler des présentations décalées au fil du temps.

CD Projekt Red doit de ce fait choisir entre décaler une nouvelle fois la sortie officielle de Cyberpunk 2077, ou avoir recours à des heures supplémentaires pour s’assurer que le jeu soit disponible dans les temps. Et le développeur aurait apparemment choisi la deuxième option, selon The Verge.

Et ce, alors que le studio a affirmé à plusieurs reprises qu’ils géreraient une éventuelle situation de crise comme il se doit, sous-entendant ainsi qu’ils n’auraient pas besoin de recourir à des heures (voire des jours) travaillées en plus de la normale.

Contraints de confirmer qu’ils doivent aller à l’encontre de leurs promesses

« Nous voulons être plus humains et traiter les gens avec respect », a déclaré Marcin Iwinski, cofondateur du studio, dans une interview sur le sujet donnée il y a quelques mois. Plus tard, dans une autre interview avec Kotaku, il a confié que le studio demande quand même des heures supplémentaires aux employés, mais qu’accepter ne leur est pas obligatoire.

Pour sa part, interrogé en janvier sur un éventuel recours à  des heures supplémentaires, Adam Kicinski, CEO du studio, a répondu « […] c’est la phase finale. Nous essayons d’être raisonnables à ce propos, mais oui. Malheureusement ».

Quant à Adam Badowski, directeur de CD Projekt Red, il soutient que même s’il est contre cette idée, il faut bien passer par là pour venir à bout des bugs et qu’il est prêt à porter le poids des responsabilités pour cette décision.

Malgré le fait que de telles pratiques tendent à se démocratiser dans le secteur du développement de jeux, après la quantité d’efforts fournis par l’équipe de CD Projekt Red pour peaufiner les détails et apporter les dernières modifications, espérons que la date du 19 novembre sera bien la bonne.