Un des ingrédients nécessaire à la vie viendrait de l’espace lointain

Le phosphore est un élément clé de la vie sur Terre, il joue un rôle prépondérant dans la formation de l’ADN et dans le bon fonctionnement des cellules. Mais en dehors de la Terre, le phosphore est un élément extrêmement rare dans le reste de l’Univers.

Et les scientifiques sont depuis longtemps incapables d’expliquer cette rareté. Mais les scientifiques de l’Observatoire Européen Austral pensent maintenant avoir trouvé une réponse potentielle à cette énigme de longue date.

Crédits Pixabay

Des molécules porteuses de phosphore qui se forment à la naissance des étoiles

Sur Terre, le phosphore joue un rôle clé dans le développement de la vie. Il agit comme une colle qui maintient ensemble les chaînes de nucléotides qui composent l’ADN, et il aide également à construire les parois cellulaires et à stocker l’énergie des cellules. Cet élément reste cependant très rare dans le reste de l’univers. En partant du principe que le phosphore soit parti de quelque part pour arriver sur Terre, les astronomes de l’Observatoire Européen Austral se sont tournés vers les étoiles pour comprendre comment l’élément serait arrivé sur Terre.

Pour ce faire, les astronomes derrière la nouvelle étude ont examiné une région de formation d’étoiles appelée AFGL 5142. En étudiant les longueurs d’onde de la lumière provenant de cette région éloignée, ils ont pu déterminer quels types de molécules interagissent avec cette lumière. Et parmi ces molécules se trouvent des molécules porteuses de phosphore qui se forment autour des nouvelles étoiles.

Après la formation des étoiles massives, elles envoient des flux de gaz qui ouvrent d’énormes cavités dans les nuages ​​de poussière interstellaire qui les entourent. Les scientifiques pensent que des molécules de phosphore commencent à se former sur les parois de ces cavités, lorsque celles-ci sont frappées par le rayonnement des jeunes étoiles massives. Une fois cette origine potentielle du phosphore déterminée, les scientifiques se sont demandé comment l’élément était arrivé jusqu’à la Terre.

Les comètes ont peut-être transporté le monoxyde de phosphore jusqu’à la terre

Pour répondre à leur interrogation, les chercheurs se sont tournés vers les données de la sonde spatiale Rosetta, qui a orbité autour de la comète 67P d’août 2014 à septembre 2016. La comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, ou “67P” pour faire court, est une boule de roche et de glace gelée qui tourne autour de Jupiter. Rosetta avait déjà révélé des traces de phosphore sur 67P, mais les scientifiques n’avaient jusque là pas pu déterminer de quelle molécule l’élément faisait partie.

Les auteurs de l’étude pensent maintenant qu’il s’agit de monoxyde de phosphore (le phosphore lié à une molécule d’oxygène) qui peut se retrouver dans les comètes après l’effondrement des parois de la cavité environnante d’une étoile nouvellement née. Selon eux, la molécule peut se retrouver piégée dans des grains de poussière gelés qui entourent la nouvelle étoile, dont certains finissent par se regrouper en comètes.

“Comme les comètes ont probablement livré de grandes quantités de composés organiques à la Terre, le monoxyde de phosphore trouvé dans la comète 67P pourrait renforcer le lien entre les comètes et la vie sur Terre”, a déclaré Kathrin Altwegg, l’un des auteurs de la nouvelle étude.

Mots-clés biologie