Un étrange incident a fait plusieurs blessés dans une usine de cigarettes électroniques

Une usine de cigarettes électroniques à Salem, dans l’État du Massachusetts aux États-Unis, a été le théâtre d’un curieux accident la nuit du 24 juin 2018. Plusieurs travailleurs sont brusquement tombés malades et ont dû être évacués d’urgence.

L’incident qui a eu lieu vers 21h a fait à peu près une trentaine de blessés.

Le plus curieux dans cette affaire c’est qu’on ne sait absolument pas ce qui aurait pu causer l’incident. Les experts dépêchés sur les lieux n’ont trouvé aucune trace de produits chimiques qui pourraient être à l’origine du malaise collectif des employés de l’usine.

Une enquête approfondie est en cours pour essayer d’en savoir plus. La piste de l’empoisonnement n’a pas été concluante, mais pas écartée non plus.

Un empoisonnement au chlore ?

L’après-midi avant le drame, soit vers 15 h 30, les pompiers ont été appelés sur place pour vérifier s’il n’y avait pas une fuite de chlore dans le bâtiment. Les experts n’ont quitté les lieux que vers 20 h 30 sans rien détecter d’anormal.

Pourtant, trois quarts d’heure plus tard, les autorités ont été prévenues d’un malaise collectif chez les travailleurs. Ces derniers ont dû être évacués.

Les équipes de lutte contre les matières dangereuses ont ensuite investi les lieux, mais elles n’y ont également trouvé aucune trace de chlore ou autre produit chimique nocif. Pour Gerry Giunta, chef des pompiers de Salem, l’incident est tout simplement déconcertant. « Je suis incapable de vous dire exactement ce qui s’est passé. » a-t-il déclaré au site Gizmodo.

Un incident mystérieux

Pour l’instant, aucune explication n’a pu être apportée concernant cet étrange accident à l’usine de cigarettes électroniques de Salem. On ignore également de quoi souffrent réellement les travailleurs ni ce qui a causé leur malaise. Dans tous les cas, les lois HIPAA empêchent les médecins de laisser filtrer une quelconque information à ce sujet.

On sait juste que l’Administration de la sécurité et de la santé au travail a envoyé un hygiéniste industriel à l’usine le 25 juin 2018 pour mener une enquête plus poussée sur le phénomène.

Il reste à savoir si cela va donner quelque chose de concret et une explication satisfaisante. Affaire à suivre…