Un hacker poursuivi en justice pour avoir piraté les serveurs de Nintendo

Les grandes entreprises ne sont pas à l’abri des piratages informatiques et des vols de données. Nintendo en a fait les frais : un jeune hacker de 21 ans est en effet parvenu à infiltrer les serveurs de la multinationale et à voler de nombreuses informations confidentielles.

Ryan Hernandez, alias Ryan West, est parvenu à entrer dans les serveurs privés du fabricant de consoles en 2016. Il a été démasqué par le FBI en 2017 alors qu’il était encore mineur, et le jeune homme avait alors promis d’arrêter ses activités frauduleuses.

Crédits Pixabay

Promesse qu’il n’a cependant pas tenue, car Hernandez a continué à dérober des milliers de données et fichiers classés top secret de Nintendo jusqu’à son arrestation par le FBI.

De lourds chefs d’accusation

Ryan Hernandez a été traduit devant la justice californienne, et plusieurs charges lourdes pèsent actuellement contre lui. Outre le fait d’avoir volé des données confidentielles sur les serveurs de Nintendo, le jeune homme est également accusé d’avoir partagé ces informations.

En effet, d’après les enquêtes menées par le FBI, Hernandez avait divulgué des informations sur la Nintendo Switch en 2016, alors que la console n’était pas encore lancée sur le marché.

Le ministère de la Justice a aussi indiqué que le jeune homme tient également un forum de discussion en ligne sur lequel lui et les autres membres « ont discuté des produits Nintendo et partagé des informations sur les vulnérabilités possibles du réseau Nintendo, et sur lequel il a également partagé des certaines des informations confidentielles qu’il avait volées. »

Mais ce n’est pas tout, car Hernandez est également poursuivi pour délinquance sexuelle. Les autorités ont en effet découvert des milliers de contenus à caractère pédopornographiques stockés dans les ordinateurs et disques durs du jeune pirate informatique.

Le hacker plaide coupable

Ryan Hernandez a plaidé coupable à tous les chefs  d’accusation qui ont été portés à son encontre. La justice souhaite lui faire payer des dommages et intérêts à Nintendo à qui il devra verser la coquette somme de 259 323 dollars (environ 230 000 euros).

Hernandez  risque également entre 3 à 5 ans de prison pour fraude et abus informatique, plus 20 ans de prison pour possession de pornographie juvénile. Il a été annoncé que sa condamnation sera prononcée le 21 avril 2020.

Mots-clés nintendo