Un homme a été arrêté pour avoir diffusé un porno sur un écran géant en Indonésie

L’Indonésie ne plaisante pas avec les contenus pour adultes et cette histoire le prouve une nouvelle fois. Un homme d’une vingtaine d’années a en effet été arrêté pour avoir diffusé un porno japonais sur un écran publicitaire géant situé dans une des villes de Jakarta. Il risque six ans de prison et une amende se chiffrant en plusieurs dizaines de milliers d’euros.

L’Indonésie a toujours eu un problème avec la pornographie. En 2010, le gouvernement a ainsi demandé aux fournisseurs d’accès du pays de mettre en place une solution de blocage afin d’empêcher la population d’accéder à ces sites.

Porno Pub

Cet écran publicitaire a affiché un film porno pendant plusieurs minutes.

La situation n’est pas plus mirobolante à l’heure actuelle, car ces contenus sont tout bonnement interdits sur tout le territoire.

L’Indonésie a une dent contre la pornographie

Certains habitants n’en ont cure cependant. Preuve en est, un homme a piraté en fin de semaine dernière un écran publicitaire de 24 mètres carrés situé dans une rue de Jakarta pour diffuser un porno japonais. Tous les passants ont donc pu en profiter et cela a évidemment provoqué un énorme scandale à travers tout le pays.

Les autorités ont rapidement alerté et elles se sont immédiatement rendues sur place pour éteindre le panneau et mettre ainsi fin au spectacle. Elles ont ouvert dans la foulée une enquête afin de retrouver le coupable et cette dernière a visiblement porté ses fruits, car la police indonésienne a arrêté un homme de vingt-quatre ans un peu plus tôt dans la semaine, un homme travaillant comme expert IT pour une entreprise locale.

Selon le Jakarta Post, l’homme aurait exploité un bug pour parvenir à ses fins. Personne ne sait ce qui s’est réellement produit, mais le panneau aurait affiché pendant quelques secondes l’identifiant et le mot de passe du compte permettant de configurer l’appareil.

Un bug à l’origine du piratage

L’homme passait par là au même moment et il aurait pris une photo de l’écran. Il se serait connecté à l’appareil un peu plus tard pour diffuser ce fameux film, à partir du navigateur intégré à la plateforme.

D’après les autorités, l’homme aurait reconnu les faits et il aurait affirmé qu’il travaillait seul. L’enquête n’est cependant pas terminée et la police semble bien décidée à faire toute la lumière sur cette affaire. En attendant, le pirate est passible d’une peine d’emprisonnement de six ans et d’une amende dont le montant pourrait atteindre un milliard de roupies, soit un peu plus de 76 000 $.

https://twitter.com/monstreza/status/781751528986030080

Mots-clés insolite