Un homme a volé le pouce d’un soldat de l’armée de terre cuite chinoise

La statue de 2 000 ans, d’une valeur de 4,5 millions de dollars, est l’une des 10 qui ont été prêtées à l’Institut Franklin de Philadelphie. Elles font partie de l’armée de terre cuite, l’une des découvertes archéologiques les plus importantes de la Chine.

En fin d’année dernière, Michael Rohana a été inculpé de dégradation et de vol d’une œuvre majeure, avant d’être libéré sous caution. La raison ? Il a cassé et emporté le pouce de l’une des statues !

Soldat Terre cuite

Un selfie suivi d’un vol

Selon les documents de la cour, M. Rohana, 24 ans, assistait à une fête à l’Institut Franklin le 21 décembre, lorsqu’il décida de se rendre à l’exposition Terracotta Warriors, qui était alors fermée à ce moment-là. M. Rohana aurait utilisé un téléphone portable comme torche et pris un selfie avec l’un des guerriers, rapporte le média d’État chinois Xinhua, citant le FBI.

Il aurait ensuite posé sa main sur la main gauche de la statue et sentit qu’il avait cassé quelque chose. Il a alors empoché l’objet et est parti. Le personnel du musée a remarqué le pouce manquant le 8 janvier et le FBI est remonté par la suite jusqu’à Rohana. Il a admis avoir gardé le pouce dans un tiroir de bureau.

Les autorités chinoises très en colère

En février, le directeur du Centre de Promotion du Patrimoine Culturel de Shaanxi, l’organisation étatique qui a prêté les statues aux USA, a “fortement condamné” l’Institut Franklin pour avoir été “négligent” envers les statues. “Nous demandons que les États-Unis punissent sévèrement l’auteur de l’acte”, a déclaré M. Wu Haiyun.

M. Wu a indiqué que le centre enverrait deux experts aux États-Unis pour évaluer les dommages et réparer la statue. Il pourrait y avoir une demande d’indemnisation, a-t-il ajouté.

Les 10 statues actuellement exposées à l’Institut Franklin font partie d’une armée de 8 000 guerriers d’argile grandeur nature qui composent l’Armée de terre cuite. Les statues ont été construites par l’empereur chinois Qin Shi Huang, mort en 210 av. J.-C., qui croyait que les statues pouvaient le protéger dans l’au-delà. Ils ont été découverts dans la ville chinoise de Xi’an en 1974 par un groupe d’agriculteurs chinois.

Crédits Image

Mots-clés insolite