Un homme a voulu faire exploser des boutiques de téléphones pour limiter la propagation de contenus pour adultes

Dans le Michigan, un homme de 75 ans dénommé Allen a été arrêté pour avoir tenté de faire exploser des magasins de téléphones mobiles. Selon les informations, l’homme voulait mettre fin à la transmission de la pornographie, et stopper les jurons et les « communications indécentes ».

D’après le FBI, Allen aurait posé des bombes artisanales devant un magasin Verizon à Cheboygan, dans le Michigan, et devant un magasin AT&T à Sault Ste. Marie, le mardi 21 septembre dernier. Les bombes étaient constituées de boîtes avec des fils qui dépassaient. Les caméras de surveillance qui se trouvent à l’extérieur des magasins ont filmé Allen en train de déposer les engins explosifs.

Un homme se tenant le visage dans les mains
Image par StockSnap de Pixabay

En plus d’avoir essayé de faire exploser les magasins, Allen aurait également menacé plusieurs opérateurs d’actions violentes si ces derniers ne suivaient pas ses instructions.

A lire aussi : Les Français passent trop de temps sur les sites pour adultes

Une lettre de menace

Allen a écrit dans une lettre dactylographiée, contenue dans une enveloppe à pois et adressée à des opérateurs tels que Verizon et AT&T, qu’ils étaient presque trente, et prêts à voyager dans tout le pays et à commencer à détruire les communications des tours des centres-villes si les règles n’étaient pas respectées. La lettre a été déposée à l’intérieur d’un sac en plastique, près d’une tour de téléphonie mobile.

Les règles en question impliquaient l’arrêt de toutes les télécommunications qui renfermaient des contenus immoraux tels que les jurons, la pornographie et toutes les sortes de communications indécentes. Allen a donné six mois aux opérateurs pour développer le logiciel pour appliquer la demande.

La lettre indiquait également aux entreprises d’envoyer une somme de 5 millions de dollars à une organisation appelée CMT, et qu’elles allaient recevoir les instructions pour la procédure. Une menace accompagnait la réclamation, disant « vos problèmes vont commencer », si l’un des membres de l’organisation venait à être arrêté.

A lire aussi : Ces sites pour adultes risquent d’être bloqués en France

Une lourde peine à prévoir

Les autorités ont déclaré que les bombes utilisées par Allen étaient des engins explosifs improvisés. D’après Sean Flood, agent spécial du FBI, chaque dispositif était composé d’un embout de tuyau métallique avec deux bouchons métalliques servant à contenir la charge principale de poudre faiblement explosive. La poudre de chacun des dispositifs contenait des sphères métalliques et des clous, probablement pour renforcer l’effet explosif. Lors de l’explosion, les fragments de métal peuvent être propulsés à l’extérieur à des vitesses très élevées et causer des blessures et des dommages supplémentaires.

En recherchant le profil d’Allen sur LinkedIn, Flood a découvert qu’il s’agit d’un mineur de fond à la retraite. L’enquête a aussi révélé que CMT était juste une organisation fictive.

Selon les autorités, chacun des délits d’Allen est passible d’une peine de 20 ans de prison. Pour rappel, il est accusé à la fois d’extorsion et de tentative de destruction de bâtiments utilisés pour le commerce inter-Etats.

Allen croyait déjà qu’il allait finir avec des menottes à cause de ses menaces et de ses bombes et s’est surnommé lui-même « Handcuff Johnny ».