Un homme attaqué pour avoir partagé des contenus illégaux sur Plex

BREIN (Bescherming Rechten Entertainment Industrie Nederland), ou « Protection des droits de l’industrie du divertissement des Pays-Bas », vient d’identifier un utilisateur de Plex ayant partagé des contenus illégaux. Celui-ci a admis avoir eu accès à une bibliothèque de 5 700 films et 10 000 émissions de télévision. Il les aurait téléchargés via torrents et Usenet.

Rappelons que Plex est un logiciel serveur-client de gestion multimédia. Il permet aux utilisateurs d’avoir accès à leurs fichiers, où qu’ils soient, du moment qu’il y a une connexion internet. Ils peuvent également les partager à un groupe restreint ou bien au public.

Déménagement T411

L’utilisateur repéré par BREIN aurait commis l’erreur d’avoir partagé des contenus pirates au public.

BREIN a exigé un règlement de 750 euros, et 500 euros pour chaque jour où les contenus en question sont restés en ligne.

Une infraction généralisée ?

« BREIN et ses participants sont attentifs à tout type de serveur utilisé pour donner un accès public non autorisé au contenu », a noté Tim Kuik, le directeur de BREIN. Il a souligné que l’organisation a reçu des informations venant d’un tiers. C’est ce qui aurait permis de « déterminer une infraction généralisée de la part de la personne en question ».

« La clientèle était composée de visiteurs qui – moyennant un supplément ou non – avaient accès à la bibliothèque du serveur multimédia pour visionner des films et/ou des séries », a écrit le groupe antipiratage. L’association a ajouté que les clients pouvaient aussi commander ce qu’ils souhaitaient voir. Les contenus auraient ensuite été « rendus disponibles ».

L’association commerciale, représentant à la fois les studios de cinéma et l’industrie musicale aux Pays-Bas, a souligné qu’il ne devrait y avoir rien de mal à utiliser Plex. Néanmoins, il faudrait le faire « avec du matériel obtenu légalement » et se contenter d’un usage personnel.

Il a nié avoir diffusé les contenus

Il est important de souligner que l’utilisateur visé par l’action a nié avoir diffusé les contenus. Il a déclaré ne les avoir partagés qu’avec deux de ses amis et ses parents.

De son côté, Plex s’est désengagé de toute responsabilité en notant que leurs conditions de service indiquent très clairement que la plateforme « respecte les droits des détenteurs de droits d’auteur et que les clients conviennent qu’ils doivent avoir les droits sur le contenu de leurs bibliothèques ».

« Les bibliothèques appartiennent à nos clients et sont gérées par nous, et nous n’avons pas accès au contenu de leurs fichiers », a ajouté la société.

Mots-clés plex