Un homme torturé, la vidéo diffusée sur Snapchat

Snapchat a souvent été mêlé à des faits divers par le passé et on ne compte plus les vidéos de viol ou de torture diffusées sur la plateforme. Depuis, la firme a pris de nombreuses mesures, mais il semblerait que ces dernières ne suffisent toujours pas.

Le 26 mai dernier, à Saint-Nicolas, une ville située près d’Arras dans le Pas-de-Calais, un homme de 18 ans a été séquestré par son propre colocataire pendant plusieurs heures.

Une photo dépeignant une cellule plongée dans la nuit

Photo de Jez Timms – Unsplash

Non content de le retenir, ce dernier s’est également livré à des actes barbares sur sa personne.

Torturé par son propre colocataire

Comme l’explique La Voix du Nord, l’homme aurait ainsi subi des coups de poings et de pieds au visage et sur le reste du corps, mais pas seulement.

L’auteur des faits lui aurait en effet été bien plus loin en lui assénant des coups de couteau au niveau des genoux, en lui brûlant les cheveux, en lui versant des casseroles d’eau bouillante sur le corps et en le forçant à boire de l’eau de javel, tout en le menaçant de mort.

Non content de le torturer, il a également filmé ses actes de torture pour les diffuser ensuite sur Snapchat. Fort heureusement, les utilisateurs de la plateforme ont rapidement réagi et elles ont immédiatement prévenu les forces de l’ordre. La police a ensuite pu localiser l’individu grâce aux données géolocalisées et elle a immédiatement envoyé une équipe sur place.

À lire aussi : Snapchat, une ado poursuivie pour avoir diffusé une vidéo la montrant en train de torturer un chaton à mort

Des actes ignobles diffusés sur Snapchat

Arrêté et placé en détention, le bourreau a reconnu les faits, sans pour autant exprimer le moindre remords. Il n’a pas non plus expliqué ce qui l’avait poussé à commettre ces actes.

De son côté, la Voix du Nord indique que les deux hommes se sont rencontrés dans un centre éducatif fermé. Après avoir sympathisé, ils ont décidé de prendre une location ensemble, mais leur relation se serait progressivement détériorée par la suite.

Quant à la victime, elle a bien entendu été hospitalisée, mais elle se trouve actuellement hors de danger. L’auteur des faits est poursuivi pour séquestration avec actes de torture et de barbarie, mais aussi menaces de mort réitérées et diffusion d’images décrivant des actes de torture sur les réseaux sociaux.

À lire aussi : Des collégiennes ont publié un selfie sur Snapchat avec une femme avant de la battre à mort

Mots-clés snapchat