Un humain placé dans un état d’animation suspendue pour la toute première fois

Des scientifiques de la faculté de médecine de l’Université du Maryland ont réussi à mettre au point une technique qui permet d’augmenter les chances de survie de patients entre la vie et la mort.

En remplaçant le sang humain par de l’eau salée très froide après une blessure mortelle, les chercheurs affirment pouvoir tenir un individu dans un état d’animation suspendue pendant deux heures !

Un homme en train de dormir.

Crédits Pixabay

L’animation suspendue est connue dans les films de science-fiction comme étant un état physique qui permet à un individu de voyager dans l’espace dans un état de sommeil profond et de ne se réveiller qu’une fois à destination. Comme le note iflscience.com, ce concept est désormais opérationnel dans la vraie vie et a pour but de sauver la vie de patients souffrant de traumatismes aigus liés par exemple à une blessure par balle ou par arme blanche.

Dans le domaine médical, l’animation suspendue consiste en fait à remplacer le sang d’une personne par un liquide glacé.

Un délai jusqu’à deux heures au lieu de quelques minutes

Lorsqu’une blessure grave se produit, les chirurgiens ne disposent généralement que de quelques minutes pour réparer les dommages corporels subis par le patient afin d’empêcher qu’il ne se vide de son sang. Face à cette contrainte, les chances de survie du sujet peuvent être relativement faibles. En remplaçant le sang par une solution saline à température glacée, il est possible d’augmenter ce délai jusqu’à deux heures.

Bien que l’Emergency preservation technique (EPR) ou Technique de préservation d’urgence ne soit pas encore répandue, elle a déjà permis de sauver la vie d’au moins une personne aux États-Unis. À ce propos, il convient de noter que cette nouvelle technique n’est applicable que sur un patient se trouvant entre la vie et la mort. Étant donné que les personnes dont le cœur s’est arrêté en raison d’un traumatisme aigu ont peu de chances de survivre, l’équipe médicale n’a pas besoin de leur consentement pour engager la procédure.

Un refroidissement de la température corporelle

L’EPR consiste à refroidir rapidement le corps afin que le cerveau soit maintenu à une température de 10 à 15 °C, bien en dessous de sa température habituelle de 37 °C. Le froid ralentit effectivement le métabolisme et les réactions chimiques. Par conséquent, les organes comme le cerveau ont besoin de moins d’oxygène. Grâce à cette chute des besoins en nutriment et en oxygène, il est possible de maintenir un individu dans un état d’animation suspendue.

L’Emergency preservation technique n’est pas sans risque. Le patient peut notamment subir des dommages cellulaires après le rétablissement du flux sanguin. Bien que la raison exacte de cette destruction de certaines cellules ne soit pas encore connue, les chercheurs affirment pouvoir la contrer avec des médicaments qui existent déjà sur le marché.