Un Inde, un temple englouti est en train de refaire surface

Il y a de cela 200 ans, une inondation catastrophique submergeait complètement un temple hindou, ne laissant aux villageois de l’époque que le temps de déplacer les idoles pour les installer ailleurs. Le temple en question est un monument de 500 ans dédié au dieu Vishnu, et qui était dressé sur les bancs de la rivière Mahanadi, dans l’est de l’Inde.

Au cours des grandes inondations des années 1800, la rivière a dévié de sa course, ce qui a provoqué l’engloutissement du village et celui du temple. Depuis, les recherches pour retrouver la localisation du temple ont toutes échoué puisque les  informations sur celle-ci se sont perdues à travers les différentes générations. La semaine du 22 juin dernier pourtant, le temple englouti a refait surface avec le niveau des eaux qui est en train de baisser. Ainsi, on peut maintenant voir à nouveau la flèche du temple.

Crédits Pixabay

L’INTACH ou Indian National Trust for Art and Cultural Heritage est l’organisme qui était en charge de retrouver les traces de ce temple hindou.

Des recherches infructueuses

D’après Anil Dhir, qui est à la tête du projet de recherche, lui et son équipe ont réussi à se documenter sur plusieurs temples de la vallée de Mahanadi, toutefois, ils n’ont pas trouvé  le lieu où se trouvait le temple de Vishnu. Il a aussi ajouté que le temple se trouvait au milieu d’un groupe de 7 villages dénommé Satapatana. Durant la période d’inondations, les villages ainsi que le temple ont été abandonnés.

Dhir a expliqué qu’au début, le temple réapparaissait chaque année pendant l’été. Puis on a décidé de construire un barrage, ce qui a provoqué la montée du niveau des eaux. A cause de cela, le monument n’est plus réapparu en vingt ans.

Enseveli sous le sable

Sur place, les chercheurs de l’INTACH ont pris en photo l’amalaka du temple, c’est-à-dire un disque de pierre qui vient se placer au sommet de la tour principale d’un temple hindou. Selon un sketch réalisé par un archéologue, on peut voir que seule une petite portion du temple est visible au niveau de la surface. La majorité de la construction, qui fait dans les 18 m, est ainsi ensevelie sous le sable. Selon les experts, cela signifie qu’une grande partie de la structure est encore en parfaite condition.

Selon Dhir, pour l’instant, il n’y a aucun projet de fouille de peur d’attirer les pilleurs. La partie de la rivière où se trouve le monument est d’ailleurs une zone assez dangereuse avec des courants rapides.

Le temple qui est réapparu avait été construit par un roi local au 16ème ou au 17ème siècle. Son architecture est du style Kalingan classique de Rekha Deul. L’on sait également que ce lieu de culte contenait jadis une idole fabriquée en chlorite noire représentant le Seigneur Gopinath, une des formes du dieu hindou Vishnu.