Un Indien de 18 ans a créé le satellite le plus léger au monde

Il semblerait que la NASA ait encore déniché une véritable pépite. Rifath Shaarook, un jeune indien de 18 ans, vient en effet de remporter un concours international organisé par la célèbre agence spatiale américaine, Idoodle (société spécialisée dans l’apprentissage), et le Colorado Space Grant Consortium. Pour remporter ce “Cube Quest Challenge“, les participants devaient mettre au point un objet capable de tenir dans un cube de 4 cm3, d’un poids égal ou inférieur à 64 grammes, et bien évidemment à même d’aller dans l’espace.

Aidé d’une petite équipe de 6 camarades, Rifath est ainsi parvenu à créer le satellite le plus léger au monde. Il est baptisé “KalamSat” et ne pèse – comme prévu – que 64 grammes, soit nettement moins que le poids moyen d’un smartphone.

satellite-kalamsat-indien

Créé par un jeune indien de 18 ans, le KalamSat, satellite le plus léger du monde (64 grammes seulement), sera lancé dans l’espace par la NASA le 21 juin.

Motif de satisfaction ultime pour le jeune homme et son équipe, la NASA a bel et bien prévu d’utiliser leur petit satellite dans le cadre d’un vol spatial suborbital. Inutile de préciser que Rifath Shaarook risque, pour sa part, d’être remarqué et convoité dans un avenir proche pour ses talents d’ingénieur.

Le satellite le plus léger au monde, fabriqué grâce à une imprimante 3D

Lorsqu’il parle de son satellite miniature, voilà ce que le jeune indien déclare : “Nous sommes partis de rien pour le concevoir. Il possède un nouveau type d’ordinateur de bord ainsi que huit capteurs intégrés capables de mesurer l’accélération, la rotation et la magnétosphère de la Terre“. Un objet high-tech conçu avec amour, patience… Et imprimante 3D.

C’est d’ailleurs – entre autres – pour s’assurer que la fibre carbone imprimée 3D (qui compose l’essentiel de l’appareil) tient le choc en conditions d’utilisation réelles, que la NASA a décidé faire faire subir au “KalamSat” un vol suborbital de douze minutes (le 21 juin prochain) dans un environnement spatial caractérisé par le phénomène de microgravité.

Ah, et si vous voulez savoir pourquoi Rifath a nommé son satellite “Kalamsat“, eh bien sachez que c’est en hommage à l’ancien président – Abdul Kalam -, dont le mandat avait été marqué par l’accent mis sur le développement de l’Inde en matière d’aéronautique. Un bel hommage nan ?

Mots-clés NASAsatellite