Un journaliste a été poursuivi pour avoir utilisé un drone

Les drones ne sont pas uniquement des appareils de loisirs. Ils peuvent en effet être très utiles dans certains corps de métier et de nombreux reporters les utilisent par exemple pour couvrir des événements importants. L’un d’entre eux a été poursuivi pour avoir fait voler son appareil dans le Dakota du Nord. Fort heureusement, toutes les charges ont été abandonnées.

Aaron Turgeon se passionne pour les drones et les appareils volants depuis de nombreuses années maintenant, et il lui arrive fréquemment d’en utiliser pour couvrir certains événements importants.

En octobre, il s’est rendu dans le Dakota du Nord afin de couvrir les manifestations entourant un pipeline en construction dans la région.

Le North Dakota Access, un pipeline qui pose problème

Le North Dakota Access, c’est le nom de ce fameux pipeline, court sur un peu plus de mille huit cents mètres sous l’État américain et il a &té construit pour transporter la production pétrolière du Dakota du Nord vers l’Illinois.

Toutefois, le dernier tronçon pose problème. Les promoteurs ont prévu de le faire passer sur des territoires Sioux et cette décision a été lourdement critiquée par les habitants de la région. Ces derniers craignent en effet une pollution de leur principal point d’eau et une profanation de leurs terres sacrées. L’administration Trump n’a cependant pas été sensible à leurs arguments et elle a donc donné son feu vert aux promoteurs.

Suite à cette décision, de nombreuses personnes sont descendues dans la rue pour protester. Aaron Turgeon habite dans la région et il s’est évidemment passionné pour cette affaire. En fin d’année dernière, il a donc décidé de couvrir une de ces manifestations à l’aide de son drone, en produisant de magnifiques vues aériennes.

Les autorités n’ont visiblement pas apprécié l’initiative puisque l’homme a été arrêté dans la foulée par la police du comté de Morton et elle l’a ensuite accusé de plusieurs crimes. En tout, il risquait donc une peine maximale de sept années de prison pour avoir fait voler son drone dans la région.

Il risquait sept ans de prison

L’État n’a pas hésité à qualifier le drone en question d’une arme mortelle. D’après l’accusation, Aaron aurait fait voler son appareil sans s’inquiéter des conséquences d’une éventuelle chute sur la vie des officiers présents sur place et des manifestants. Le drone a effectivement fait plusieurs survols de la foule à l’occasion de cette manifestation.

Cette affaire a provoqué une véritable polémique aux États-Unis durant ces dernières semaines. L’année dernière, la FAA a été pointée du doigt par les médias pour avoir volontairement conspiré avec les autorités locales afin de restreindre l’accès au chantier de construction du pipeline. En conséquence, de nombreuses personnes n’ont pas pu s’empêcher d’établir un parallèle entre ces poursuites et cette action jugée antidémocratique.

Le dossier n’a cependant pas tenu devant le juge et ce dernier a donc tranché en faveur de la défense. Pour le plus grand bonheur de notre pilote de drones, bien entendu.

Mots-clés insolitejustice