Un juge fédéral a empêché la parution des plans d’armes imprimables en 3D sur internet

Un juge fédéral à Seattle a donné un ordre de restriction pour empêcher la propagation de plans d’armes imprimés en 3D sur la toile. Ce projet a été concocté par une organisation texane appelée Defence Distributed dirigée par Cody Wilson. Cet homme cherche à rendre les armes à feu artisanales disponibles pour les masses grâce à l’impression 3D.

Wilson voulait ainsi afficher ses plans de fabrication d’armes imprimables en 3D en ligne à partir du 1er août 2018. Il avait même déjà conclu un accord avec l’administration Trump au mois de juin 2018 qui l’avait autorisé à poursuivre son projet de partager les plans sur internet.

Arme à feu 3D

Heureusement, neuf procureurs généraux se sont dressés contre ce projet avant qu’il ne soit exécuté.

Un projet complètement fou

Les neuf procureurs ont fait une demande d’injonction interdisant temporairement le partage des plans d’armes imprimés sur internet. C’est une demande que le juge fédéral de Seattle a accordée le 31 juillet 2018.

Les procureurs généraux ont argué que l’accord conclu entre l’administration Trump et Wilson était inconstitutionnel.

Cette décision du juge va permettre de préparer le terrain au combat juridique qui va suivre et qui risque bien de se prolonger. Toutefois, les procureurs généraux ne manquent pas d’arguments pour combattre le projet de Wilson qu’ils qualifient d’ailleurs de complètement fou.

Inconscience de l’administration Trump

Le procureur général de l’État de New York, Barbara D. Underwood, a déclaré qu’il était tout simplement inconcevable de donner aux criminels et aux délinquants les instruments nécessaires pour fabriquer des armes imprimables en 3D non seulement intraçables, mais aussi potentiellement indétectables. Pourtant, l’administration Trump a donné son autorisation à ce projet.

Le président américain a posté un tweet le 31 juillet 2018 dans lequel il a déclaré qu’il suivait de près la controverse existante entre les procureurs généraux et Defence Distributed. Toutefois, il n’a pas exprimé une prise de position particulière dans cette affaire.

Donald Trump a également déclaré sur Twitter qu’il était à la recherche de canons plastiques 3D vendus au public, tout en ajoutant, qu’il en avait déjà parlé à la National Rifle Association (NRA), une association à but non lucratif qui défend le libre commerce des armes à feu.