Un lien entre porno et impuissance ?

Une nouvelle étude révèle qu’il existe un lien étroit entre le fait de regarder du porno et l’impuissance sexuelle, ou dysfonction érectile.

Les chercheurs à l’origine de l’étude ont découvert que les hommes qui passent plus de temps à regarder du contenu pornographique ont tendance à avoir plus de mal à avoir une érection lorsqu’ils ont une relation sexuelle avec un partenaire.

Un couple en train de se faire un câlin

Photo de Becca Tapert – Unsplash

Regarder du porno n’est pas très bon pour votre virilité

Les résultats de l’étude ont été présentés lors du congrès de l’Association européenne d’urologie qui s’est déroulé en ligne du 17 au 19 juillet. Au cours de cette étude, les chercheurs ont soumis 3267 hommes originaires de Belgique et du Danemark à un questionnaire sur la sexualité. Les questions portaient notamment sur leurs expériences sexuelles, la masturbation et la pornographie. Les résultats ont révélé que 23% des hommes de moins de 35 ans qui ont déclaré regarder fréquemment du porno avaient également des problèmes d’impuissance sexuelle.

Selon Gunter De Win, auteur de l’étude, ce chiffre est plus élevé que prévu. Cela montre, selon lui, qu’il existe une relation très étroite entre le temps passé à regarder du porno et la difficulté à avoir une bonne érection pendant les rapports sexuels. Il faudra sans doute effectuer des recherches supplémentaires pour déterminer les causes de cette tendance.

Mais d’après De Win, cela est dû au fait que “la pornographie conditionne la façon dont nous voyons le sexe”.

“Seulement 65% des hommes ayant pris part à l’enquête estimaient que les relations sexuelles avec un partenaire étaient plus excitantes que de regarder du porno. En outre, 20% ont estimé qu’ils devaient regarder du porno plus extrême pour obtenir le même niveau d’excitation qu’auparavant”, explique t-il. De Win pense ainsi que les problèmes de dysfonction érectile associés à la pornographie découlent de ce manque d’excitation.

À lire aussi : On a maintenant une preuve de la bisexualité chez l’homme

Le rapport des hommes à leur sexualité a changé

Une autre étude présentée au congrès a montré que la nature des problèmes sexuels qui poussent les hommes européens à se faire soigner avait changé. Cette étude a porté sur 3 244 hommes qui ont fréquenté une clinique de santé sexuelle en Italie sur une période de 10 ans. Elle a montré qu’en 2019 les hommes étaient 30% plus susceptibles de se rendre dans une clinique sexuelle pour des préoccupations concernant la forme de leur pénis qu’ils ne l’étaient dix ans plus tôt.

L’étude a également révélé que le nombre de patients déclarant un faible désir sexuel avait augmenté de 32% pendant cette période. Les résultats ont été publiés dans l’International Journal of Impotence Research.  

À lire aussi : Lessonbee, l’éducation sexuelle à la sauce Instagram