Un maire a publié sur Facebook le nom des pollueurs de sa commune

Jean-Philippe Vichard fait beaucoup parler de lui depuis le début de la semaine et cela n’a rien de surprenant. Ce maire de l’Oise a en effet publié sur Facebook le nom des pollueurs de sa commune.

L’homme n’a aucune étiquette politique particulière, mais cela ne l’a pas empêché d’être élu maire de Breuil-le-Vert à l’occasion des dernières élections municipales. Peu connue, cette commune de trois mille habitants se trouve dans le canton de Clermont et donc dans le département de l’Oise.

Ordures Oise

Plus tôt dans le mois, un tas d’immondices a été découvert par les habitants de la commune non loin du collège local.

L’élu et les services techniques ont fouillé le tas d’ordures pour identifier leurs propriétaires

Choqué par ce manque de civisme évident, Jean-Philippe Vichard s’est rendu sur place avec des agents des services techniques et il a alors entrepris de fouiller dans les ordures afin de trouver des informations sur l’identité de leurs propriétaires.

Manque de chance pour ces derniers, plusieurs factures figuraient dans le tas d’immondices, des factures sur lesquelles apparaissaient leur nom et leur adresse postale. En examinant les documents, le maire a alors réalisé que ces ordures avaient été déposées à cet endroit par des personnes résidant dans la même rue.

La rue en question étant très passante, l’élu et son équipe ont cependant été obligés de faire enlever les détritus aux frais de la commune sans attendre.

Il a publié le nom des responsables sur Facebook

Toutefois, en parallèle, le maire a pris la décision de publier sur Facebook le nom des indélicats afin de faire réfléchir les habitants de la commune et les futurs pollueurs. Dans le message, l’élu a également fait savoir qu’il comptait poursuivre les propriétaires de ces ordures devant la justice.

La publication de ces noms a bien évidemment entraîné de nombreuses réactions au sein des habitants de la ville. Si certains ont salué l’initiative, d’autres se sont montrés un peu plus mesurés. C’est notamment le cas d’une habitante de la ville. Durant une entrevue menée par le Parisien, elle a en effet indiqué qu’il était dangereux de jeter des noms en pâture sur les réseaux sociaux.

L’élu assume pleinement son choix pour sa part, d’autant que les responsables de ces dépôts sauvages sont rarement poursuivis devant la loi.

Mots-clés facebookweb