Catégories: Sciences

Un matériau inspiré des carapaces d’insectes pour construire nos futurs abris martiens ?

Des chercheurs de l’Université de technologie et de design de Singapour nous proposent de construire les futurs abris martiens fabriqués à l’aide de chitine et du sol de la planète rouge. D’après les chercheurs, cette méthode permettra de limiter les besoins en matières premières. Elle permettra également de donner une réponse rapide et très pratique à la question : « où trouver les matériaux et comment s’en procurer ».

Selon Javier Fernandez, chef de l’équipe de chercheurs, l’utilisation de technologie bio-inspirée donnera lieu, en plus du sens pratique, à des possibilités technologiques que l’on n’espérait même pas atteindre avec d’autres types de matériaux synthétiques.

Photo de Juli Kosolapova – Unsplash

Le Dr Fernandez indique en effet que construire les infrastructures martiennes à partir d’imprimantes 3D pour réaliser les moulages à l’aide d’un seul matériau emmené depuis la Terre sera possible. Tirant parti de la résistance des carapaces d’insectes et de crustacés, le procédé exploite la chitosane, une matière organique à la fois légère et rigide que l’on pourra aisément produire et transporter.

Une combinaison de matériaux terrestres et martiens

La chitine est l’une des matières organiques les plus générées par les organismes terrestres. C’est un polymère que l’on retrouve communément dans les carapaces de crustacés (endosquelette), mais également chez les insectes (exosquelette), voire chez certains champignons.

Après quelques manipulations chimiques, on peut obtenir de la chitosane, le composé qui va jouer un rôle primordial pour la suite.

Pour leurs essais, les chercheurs ont alors mélangé un substitut de sol martien avec cette matière organique, les deux composés étant ensuite soudés chimiquement. Les chercheurs ont ainsi produit une matière très solide, « comme du béton », mais qui a l’avantage d’être beaucoup plus légère.

Et il ne restera plus qu’à reproduire le processus une fois sur Mars, en remplaçant le substitut par du sol martien.

À lire aussi : On pense savoir d’où viennent les étranges crêtes de Mars

Les essais en laboratoire se sont révélés très concluants

L’équipe donne plus de précisions : ils ont produit ce matériau de construction biologique en tirant parti de la chitosane « issue de cuticules d’arthropodes traitées à l’hydroxyde de sodium » qui, elle-même, peut être « obtenue par hydrolyse électrolytique ».

Ils ont alors réussi à construire un modèle réduit de bâtiment, à l’image de ce qu’ils prévoient de produire.

D’après Fernandez, les matériaux bio-inspirées constituent une porte ouverte vers de nouvelles technologies qui devraient nous aider à avancer vers la pérennité sur Terre, mais aussi à faire face à la perspective de devenir une « espèce interplanétaire ».

Plus de détails sont disponibles dans l’article récemment publié dans PLOS ONE.

À lire aussi : Elon Musk veut envoyer des gens sur Mars à l’horizon 2024

Partager

Articles Récents

Le Japon envisagerait de rejeter l’eau radioactive de Fukushima dans la mer

En 2011, la centrale nucléaire n° 1 de Fukushima a été fortement frappée par un…

28 octobre 2020

Créez votre propre univers avec ce simulateur

Qui ne voudrait pas être au contrôle de son propre univers ? Créer ses propres étoiles…

28 octobre 2020

Alien Isolation : les développeurs avaient créé une démo après un premier refus de SEGA

L'obstination peut avoir du bon : dans un récent documentaire s'attachant à retracer le développement…

28 octobre 2020

Netflix : La série Resident Evil Infinite Darkness livre deux nouvelles images

Resident Evil connaît une belle renaissance après les errances des épisodes 5 et 6. Avec…

28 octobre 2020

Phil Spencer, dirigeant de Xbox, évoque l’éventualité de jeux Microsoft sur Nintendo Switch

Les frontières se lèvent entre les machines avec une poignée de titres pouvant profiter du…

28 octobre 2020

Lee Kun-hee, celui qui a fait de Samsung le géant qu’il est aujourd’hui n’est plus

À l’âge de 78 ans, Lee Kun-Hee, celui qui a sans doute fait de Samsung…

28 octobre 2020