Un monteur de Suicide Squad dévoile ce qui a dû être changé pour la version finale

Si l’on peut définir pour quelle(e) raison(s) Suicide Squad a déplu, il est en revanche plus compliqué de s’appuyer sur ce qui a manqué au film de David Ayer pour davantage séduire la critique, outre moult scènes du Joker. L’un des monteurs du long-métrage entre dans le détail.

Après avoir été présenté comme un projet plutôt sombre, Suicide Squad s’est révélé, à sa sortie dans les salles, comme un divertissement bien plus léger qu’escompté. Un constat difficile à avaler quand les personnages principaux du film sont des criminels à la dangerosité allant bien au-delà de la limite tolérée.

Une image du Joker dans Suicide Squad
Crédits Warner

Dans un entretien accordé à CINEMABLEND, Kevin Hickman, l’un des monteurs de Suicide Squad, a évoqué une participation de sa part particulièrement “éreintante”.

Suicide Squad : la présentation des personnages avait été modifiée pour le montage final

Le monteur a commencé par dresser les circonstances relativement connues du moment où tout a basculé :

“Nous avons tourné plus d’un million de mètres de film pour Suicide Squad, et il s’agissait d’un très grand film d’ensemble avec tant de personnages qu’il fallait présenter, mettre en place leur backstory, puis développer une camaraderie entre eux. Suicide Squad était donc un défi, car nous avions tant de personnages et, à un moment donné, nous l’avons projeté pour le studio, qui voulait prendre une direction différente. [Warner Bros voulait que] l’origine des personnages soit beaucoup plus proche du début et que le film soit plus comique.”

Notre homme entre ensuite dans la manière où les changements ont été opérés, avec une restructuration de l’ensemble censée rendre rapidement claires les motivations de chacun des protagonistes :

On a fini par devoir restructurer la façon dont les personnages étaient présentés. C’est quelque chose que nous avons expérimenté jusqu’à la fin du film. Dans la structure originale, les personnages sont présentés de manière linéaire et, au final, nous avons passé les 20 premières minutes à nous dire ‘bam, voici ce type, bam, voici cette personne, voici son origine, voici son histoire’. On a donc tout mis sous le nez du spectateur dès le départ pour pouvoir lancer l’histoire. Alors que dans la structure originale, tout se passait en plusieurs étapes. Il se passe donc 45 minutes dans le film où vous rencontrez telle personne et découvrez son histoire. Nous avons donc trouvé un moyen de rendre le film plus efficace en ce qui concerne l’ouverture et la présentation de tous les personnages.”

Concernant le personnage cristallisant le plus de critiques, le Joker interprété par Jared Leto, Kevin Hickman rend hommage au travail de l’acteur et évoque la difficulté d’inclure la folie de son interprétation dans le moule prévu :

“Jared Leto, je pense, a fait un très bon travail en jouant le Joker. Je sais qu’il y a beaucoup d’opinions sur ce sujet, mais j’ai vraiment aimé ce qu’il a fait. Il a vraiment donné vie à un personnage psychotique et, en raison de la durée du film et parce que Jared a fourni tellement de matériel, nous n’avons pas pu en utiliser une grande partie. Et pour beaucoup d’entre elles [NDLR : de ces scènes], nous n’avons pas pu trouver de raison d’être, car parfois, il partait dans des directions tellement folles et insensées qu’il était difficile de les intégrer au film. Parfois, ce n’était tout simplement pas approprié pour ce qu’il faisait, mais il aurait été agréable d’avoir plus de ce personnage du Joker, un peu plus étoffé que ce qui est sorti dans le film.”

Le monteur déclare être intéressé pour visionner la version définitive de Suicide Squad, “un film bien plus sombre” que ce qui a été servi jusqu’ici. Sauf que les récentes déclarations d’un autre acteur quant à une suite “très stupide” tendent à laisser croire que celle-ci marchera dans les traces de la version “comique” de Suicide Squad, pourtant décriée non ?

Mots-clés suicide squad