Découverte d’un moyen de ralentir le vieillissement !

Le séquençage d’ARN unicellulaire à haut débit (scRNA-seq) a permis de cartographier des transcriptomes d’une seule cellule au niveau organique. Des atlas cellulaires ont déjà été créés pour des systèmes vertébrés et invertébrés. Toutefois, ces recherches sont encore restreintes. Elles ne concernent souvent qu’une espèce ou une période spécifique, et ne peuvent donc pas servir à une comparaison approfondie entre différentes espèces et différents tissus.

Pilule de jouvence

Les professeurs Han Xiaoping et Guo Guoji, de la faculté de médecine de l’université de Zhejiang, ont été à la tête de l’équipe. Les chercheurs se sont servi de la technologie Microwell-seq afin d’établir le profil de différentes espèces à divers stades de leur vie. Il s’agit de plus de 2,6 millions de cellules uniques de souris, de poissons-zèbres et de drosophiles. Ces données ont permis de construire un paysage cellulaire interespèces.

Les trois espèces étudiées présentent des similitudes tout au long de leur cycle de vie

L’étude a révélé que les cellules et les gènes se transformaient avec le développement et l’âge chez la souris, le poisson-zèbre et la drosophile. Les proportions des cellules immunitaires et la réponse inflammatoire des tissus s’accroissaient progressivement avec l’âge chez les trois espèces. Néanmoins, la souris a présenté une diminution du ratio de lymphocytes T, tandis que les lymphocytes B augmentaient.

Selon les trajectoires d’expression génétique, les trois espèces présentent des similitudes tout au long de leur cycle de vie. Plus ils prenaient de l’âge, plus les réponses immunitaires augmentaient, alors que les voies liées au métabolisme mitochondrial se voyaient réduire. L’examen de la régulation des facteurs de transcription a montré que les mêmes familles de gènes étaient à l’origine de l’ajustement de certains lignages cellulaires pour les trois espèces.

La pioglitazone serait capable d’atténuer le phénotype de vieillissement

Selon l’analyse interespèces, les réponses immunitaires et les fonctions mitochondriales seraient liées au processus de vieillissement. Les chercheurs ont étudié l’activité des facteurs de transcription et le rapport entre les gènes régulés à la hausse et à la baisse. Certains de ces facteurs seraient impliqués dans l’immunité, le métabolisme lipidique et énergétique. Ils agiraient comme régulateurs dans le processus de vieillissement chez plusieurs espèces.

L’équipe a traité des souris de deux ans avec de la pioglitazone (PGZ). Il s’agit d’un médicament que la Food and Drug Administration (FDA) a approuvé. Il semble avoir atténué le phénotype de vieillissement chez le mammifère. Des réseaux de régulation intrinsèques connecteraient le métabolisme mitochondrial et l’inflammation due au vieillissement. Le traitement agirait positivement sur le vieillissement cellulaire et le métabolisme lipidique.

SOURCE : PYS.ORG

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.