Un navire vieux de 400 ans découvert au large du Portugal

Des archéologues portugais ont découvert l’épave d’un navire qui a coulé au large des côtes portugaises. La trouvaille a eu lieu au début du mois de septembre, au fond de l’embouchure du Tage, près de Lisbonne. Vieux de 400 ans, le vaisseau n’a pas encore été identifié.  Il aurait fait naufrage entre 1575 et 1625. Il devait arriver des Indes, sur la route des épices. En effet, des grains de poivre ont été retrouvés au fond de l’eau.

Les archéologues parlent déjà d’une « grande découverte ». Ils ont déclaré devoir cartographier le site et l’emplacement des vestiges. Ils tiennent à assurer la surveillance, la protection et la conservation des artefacts. Ces derniers seront étudiés afin d’identifier le navire. Ils finiront surement au musée de la municipalité.

Découverts à une profondeur de seulement douze mètres, les vestiges ont été répandus sur une surface de cent mètres de long et cinquante mètres de large, au niveau du phare qui marque le début de l’océan Atlantique.

Le vaisseau aurait servi au commerce et à la guerre

Le navire a été retrouvé dans un état de conservation remarquable. Il s’agit d’un imposant bateau qui aurait à la fois servi pour le commerce et la guerre.

L’embarcation est équipée de neuf canons en bronze comportant le blason portugais et transportait des armoiries, de la vaisselle en faïence, un couvercle en bronze, etc. Les plongeurs ont aussi trouvé des épices, notamment du poivre, de la céramique chinoise de l’époque Wanli de la dynastie des Ming (1573-1619) et des monnaies-porcelaines utilisées dans le cadre de la traite des esclaves en Afrique.

Carreiras, le maire de Cascais, une Commune de la banlieue ouest de Lisbonne, à l’origine de ce projet, se félicite de cette «découverte extraordinaire ». Le bourgmestre de la ville estime qu’elle « nous permet d’en savoir plus sur notre histoire, de renforcer notre identité collective et nos valeurs partagées ».

« C’est la plus importante trouvaille archéologique faite au Portugal depuis 1994 », a affirmé Jorge Freire, le directeur scientifique du projet d’archéologie maritime. « Les plongeurs doivent continuer à explorer l’épave et compléter leur travail par des recherches dans nos archives historiques, pour savoir exactement quel navire a été découvert ».

Embouchure du Tage : une importante agrégation d’épaves

Cette fouille maritime à l’embouchure du Tage a été lancée, en 2005, par la Mairie de Cascais. Cet endroit était la porte d’entrée de Lisbonne. Il sépare le territoire Portugais de l’océan Atlantique et on y trouve une importante concentration d’épaves, avec au moins une centaine de naufrages recensés depuis le dix-septième siècle.

Bon nombre d’objets ont déjà été remontés en terre ferme. Toutefois, les débris enfouis dans le sable et sous des sédiments vont d’abord être cartographiés avant d’être récupérés totalement.

Mots-clés archéologie