Un nouveau coronavirus a été découvert au Royaume-Uni

Les scientifiques viennent de découvrir un nouveau coronavirus apparenté au SARS-CoV-2, le responsable de la Covid-19, chez des chauves-souris britanniques. Baptisé RhGB01, le virus appartient à la même famille que le SARS-CoV-2 et le SARS-CoV à l’origine de l’épidémie de 2003, c’est-à-dire la famille des sarbecovirus.

Le RhGB01 a été découvert chez des chauves-souris fer à cheval. Cette espèce a une aire de répartition large à travers le monde. On la retrouve aussi bien en Europe qu’en Afrique, en Asie ou encore en Australie. Les spécimens de chauves-souris étudiés provenaient de l’extrémité occidentale de leur aire de répartition.

Chauve-souris dans une grotte
Crédits 123RF.com

Auparavant, les plus proches parents du SARS-CoV-2 avaient été trouvés uniquement chez des chauves-souris fer à cheval du Laos et de la Chine. Cette découverte suggère que la présence du RhGB01 pourrait être beaucoup plus étendue.

Aucun danger pour le moment

Le professeur Diana Bell est spécialiste des maladies zoonotiques émergentes au School of Biological Sciences de l’Université d’East Anglia. Selon elle, effectuer des tests de génotype pour ces types de virus au sein des populations de chauves-souris du monde entier est crucial. Il est également important de savoir si d’autres animaux sont porteurs de ces virus.

Bien que la découverte de ce virus puisse être alarmante, surtout maintenant que l’on sait à quel point ces virus peuvent être dangereux, les scientifiques ont déclaré que le RhGB01 ne constitue pas une menace pour les humains. D’après le professeur Andrew Cunningham du Zoological Society of London, le RhGB01 « ne serait pas compatible avec la capacité d’infecter les cellules humaines ». La raison, c’est que la partie du virus qui se fixe aux cellules hôtes pour les infecter est trop différente de celle du SARS-CoV-2.  

Et s’il y avait mutation ?

Même si pour le moment, le nouveau virus ne représente aucune menace pour les humains, un autre scénario pourrait le transformer en un gros problème. Cunningham a expliqué que si une personne infectée par le SARS-CoV-2 transmettait le virus à une chauve-souris infectée par le RhGB01, il se pourrait que les deux virus s’hybrident et donnent naissance à un tout nouveau virus qui pourrait infecter les humains.

Selon Bell, afin de réduire les risques de mutation, toute personne entrant en contact avec les chauves-souris ou leurs excréments devraient porter un équipement approprié. ʺ  Nous devons appliquer des réglementations strictes à l’échelle mondiale pour quiconque manipulant des chauves-souris et d’autres animaux sauvages ʺ, a-t-elle ajouté.

Les résultats de l’étude ont été publiés sur le serveur de pré-impression de Research Square. L’article attend encore d’être examiné par des pairs.