Un nouveau dinosaure herbivore découvert en Suisse

La découverte d’une nouvelle espèce de dinosaure en Suisse, qui a vécu il y a de cela 210 millions d’années au cours du Trias, a été récemment publiée par le professeur Oliver Rauhut de l’Université Louis-et-Maximilien de Munich et ses collègues dans la Revue suisse de géosciences.

Ce dinosaure à long cou, désormais baptisé Schleitheimia schutzi, a pu être identifié grâce à des restes fossilisés, retrouvés dans le canton de Schaffhouse, au nord du pays. Selon les observations et analyses effectuées, il s’agit d’une espèce de dinosaure herbivore de grande taille, un des premiers représentants du groupe des Sauropodomorphes.

Un dinosaure au long cou

Crédits Pixabay

Avec la découverte du Schleitheimia schutzi, on sait maintenant qu’au moins trois espèces de dinosaures primitifs vivaient dans l’actuelle Suisse, pendant la période triasique.

Une nouvelle espèce herbivore quadrupède et plus robuste que le Platéosaure

Les archéologues ont d’abord confondu les restes fossilisées de ce Schleitheimia schutzi avec celles d’un Plateosaurus, un autre spécimen de dinosaures herbivores qui vivait également pendant le Trias.

Mais en réexaminant les fragments de fossiles, ils se sont rendu compte de traits de distinction palpables dans les caractéristiques de ces restes. Ainsi, la longueur du corps de ce nouveau spécimen était nettement plus grande que celle du Plateosaurus.

En effet, d’après les estimations des paléontologues, le Schleitheimia schutzi aurait mesuré dans les 9 à 10 mètres. Une valeur largement au-dessus de la moyenne pour des sauropodomorphes.

Les fossiles ont également révélé que Schleitheimia schutzi était probablement plus robuste. Dernière chose, tandis que le Plateosaurus se déplaçait avec ses deux pattes postérieures, ces chercheurs affirment que l’autre se servait de ses quatre pattes pour marcher.

À lire aussi : Voici le Kongonaphon Kely, un ancêtre des dinosaures

Une découverte de plus, pour mieux comprendre l’évolution des espèces

Bien que ces types de dinosaures fussent des herbivores dominants dans les écosystèmes jurassiques et crétacés, l’évolution du groupe des sauropodomorphes est encore peu connue jusqu’à maintenant.

D’ailleurs, les paléontologues estiment que le Schleitheimia schutzi, pourrait bien être le représentant d’un autre groupe à part qui a divergé des sauropodes. La découverte de ce spécimen indiquerait donc que l’extinction de la fin du Trias n’a probablement eu qu’un effet mineur sur l’évolution des sauropodomorphes.

Rauhut et ses collègues en concluent que les dinosaures sauropodes restent certainement parmi les éléments les plus remarquables des faunes de vertébrés terrestres du Mésozoïque, au même titre que d’autres espèces de dinosaures plus célèbres et plus avides de viande.

À lire aussi : L’Australie a abrité des dinosaures carnivores aussi gros que le T-Rex