Un nouveau spécimen de dinosaure a été découvert à partir d’ossements découverts il y a 40 ans

Les dinosaures sont peut-être morts depuis plusieurs millions d’années, mais ils ont laissé des ossements et des fossiles qui ont été découverts un peu partout dans le monde. Ces vestiges ont fait l’objet de nombreuses études qui ont conduit à l’établissement de plusieurs catégories de spécimens aujourd’hui connu de tous.

Récemment, des chercheurs ont étudié les restes d’ossements aujourd’hui entreposés à l’Evolutionary Studies Institute à l’Université de Witwatersrand de Johannesburg.

Crédits Pixabay

Une analyse plus poussée des fossiles catégorisés par les chercheurs comme appartenant au Massospondylus Carinatus a révélé l’existence d’un autre spécimen de dinosaure que tous ignoraient encore.

Au vu de cette découverte, les scientifiques se demandent alors si d’autres espèces pourraient également se cacher parmi les nombreux fossiles déjà découverts jusqu’ici.

Une nouvelle espèce : le Ngwevuintloko

L’étude menée par les chercheurs, dont le paléontologue Paul Barrett, a conduit à la découverte d’une toute nouvelle espèce de dinosaures. Selon Barrett : « C’est un nouveau dinosaure qui s’est caché à la vue de tous ».

L’article révèle que le crâne de l’animal, que certains scientifiques avaient déclaré comme étant déformé, ne l’était pas en réalité. Une analyse plus approfondie des ossements n’a en effet démontré aucune torsion ou rupture qui pourrait justifier l’hypothèse de la déformation crânienne.

Pour comprendre, les chercheurs ont effectué une tomodensitométrie détaillée des ossements. Cette technique consiste surtout à mesurer l’absorption des rayons X par les tissus et à numériser les données de sorte à reproduire une image en 2D ou 3D de l’anatomie de l’espèce étudiée. Les résultats obtenus ont permis aux chercheurs d’affirmer leurs dires. Il s’agit donc bien d’un autre spécimen et ils l’ont baptisé le Ngwevuintloko ou crâne gris.

Quelles différences avec le Massospondylus Carinatus ?

L’étude réalisée sur les fossiles a démontré que le Ngwevuintloko n’appartenait pas à la catégorie du Massospondylus Carinatus. Le nouveau dinosaure découvert se tenait en effet sur ses deux pattes arrière et mesurait près de 3 mètres du museau jusqu’à la queue. Avec un cou élancé et une tête en forme de carrée, l’animal se serait nourri principalement de plantes et de petits animaux.

Au fil des années, les chercheurs avaient longtemps considéré le Massospondylus Carinatus comme une espère qui se serait développé à la suite des catastrophes naturelles responsable de l’extinction de certaines espèces.

L’étude réalisée par Paul Barrett permet aujourd’hui d’affirmer qu’il n’en est rien. Tout comme le Ngwevuintloko, le Massospondylus Carinatus aurait bel et bien vécu durant l’ère du jurassique. Pour en savoir plus, ces recherches passionnantes ont été publiées dans la revue PeerJ.

Mots-clés paléontologie